Les membres du courant juif réformé américain ont-ils changé de religion ? (info # 011107/17) Version imprimable
mardi, 11 juillet 2017

 

Par Guy Millière

 

Je ne suis pas juif. Je suis donc très mal placé pour prendre position dans le débat houleux qui vient d’avoir lieu dans les communautés juives concernant les récentes décisions de Binyamin Netanyahu en matière de prière au Kotel [mur des Lamentations] et en matière de conversion. Binyamin Netanyahu semble avoir renoncé à une décision qui avait été prise et s’être rangé à la position des Juifs les plus orthodoxes. Il a aussitôt été accusé d’opportunisme politique et d’avoir voulu sauver sa majorité. Des dirigeants du courant juif reformé américain (en France, l’expression employée est “judaïsme libéral”) américain se sont montrés particulièrement virulents et ont menacé, paraît-il, Israël de représailles financières.

 

Que Binyamin Netanyahu soit revenu sur une décision prise peut paraitre déplaisant à ceux qui lui étaient favorables, et c’est compréhensible. Qu’il se soit rangé aux positions des Juifs les plus orthodoxes peut déplaire à d’autres Juifs, et c’est compréhensible aussi. Si les conséquences étaient cataclysmiques, on pourrait comprendre que le déplaisir provoqué fasse scandale et suscite des réactions très vives. De nombreux avis plus autorisés que le mien, dont ceux de Caroline Glick, pour qui j’ai une très vive estime, et du rabbin Shmuley Boteach, que je tiens depuis longtemps pour un homme de grande qualité, m’indiquent que les conséquences ne sont pas du tout désastreuses. Un lieu de prière mixte existe déjà au Kotel, et il continuera à exister. Les conversions resteront difficiles et des Juifs considérés comme Juifs par le courant juif réformé ne seront vraisemblablement pas considérés comme juifs en Israël (sauf s’ils se convertissent en suivant les règles de la Halakha), sans que cela ne remette en cause leur droit au retour.

 

reformists.jpg

Autre chose…

 

Les réactions très vives de ces derniers jours ne peuvent que me paraitre dès lors motivées par une hostilité à Binyamin Netanyahu, et très disproportionnées. Elles peuvent aussi et surtout être motivées par des considérations ayant très peu à voir avec la religion juive et beaucoup plus avec le courant juif réformé américain, dans ce qu’il exprime, et avec les positions de nombre de ses membres.

 

D’après ce que j’en sais, il s’agit d’un courant au sein duquel le judaïsme est, aux Etats-Unis, en dilution rapide, et au sein duquel les mariages avec des non Juifs sont désormais majoritaires. Ceci conduit non seulement à l’existence d’un nombre croissant de gens qui se prétendent juifs mais ne le sont plus que du bout des lèvres, ce qui pose problème pour la survie du judaïsme et de la communauté juive aux Etats-Unis.

 

Nombre des Juifs qui le composent sont nettement touchés par un glissement analysé voici un peu moins d’une décennie par le grand penseur juif conservateur américain Norman Podhoretz. Ce denier, dans un livre de référence, Why Jews Are Liberal? (Pourquoi les Juifs sont-ils de gauche ?) parle, à leur propos, d’un changement de religion et d’un passage du judaïsme à une méta-religion constituée par les idées de la gauche américaine.

 

Ce courant et les Juifs concernés sont depuis longtemps des adeptes du parti Démocrate. Et ils le restent, quand bien même le parti Démocrate est aujourd’hui le parti de Barack Obama et de Bernie Sanders, et quand bien même c’est un parti désormais très accueillant envers les “antisionistes” qui frôlent parfois l’antisémitisme. Nombre des Juifs concernés, tout en aidant financièrement Israël, financent des organisations qui lui sont très peu favorables, telles B’Tselem et J Street.

 

Plusieurs rabbins du courant réformé ont entamé une période de jeûne lorsque Donald Trump est devenu officiellement président, le 20 janvier dernier, et ont parlé de “cataclysme”. Que Donald Trump soit le président le plus favorable à Israël de l’histoire des Etats-Unis, en plus d’un ami personnel de Binyamin Netanyahu, n’a eu aucune influence quant à leur attitude.

 

Le courant juif réformé est très majoritaire chez les Juifs américains, mais dès lors qu’un grand nombre de ses membres ne sont plus réellement juifs, on peut se demander si ce courant constitue un bienfait ou un péril pour le judaïsme. Je laisse, bien sûr, la question en suspens.

 

Les Juifs plus orthodoxes aux Etats-Unis restent juifs et me paraissent davantage porteurs d’un espoir de futur pour le judaïsme américain. Et que nul ne me dise qu’ils sont fermés. Je compte parmi eux quelques-uns de mes meilleurs amis.

 

Si les membres du courant juif réformé américain font dépendre leur aide financière à Israël de questions de lieux de prière mixtes au Kotel et d’un assouplissement des règles de conversion, cela signifie surtout que leur attachement à Israël est bien fragile et assez factice. Il serait bon qu’Israël ne dépende pas de gens dont l’attachement à Israël est conditionnel.

 

Si ces mêmes membres sont incapables de discerner ce que Binyamin Netanyahu accomplit depuis des années pour l’Etat hébreu en termes de diversification des alliances, de création de nouveaux partenariats (la visite de Narendra Modi ces derniers jours est un élément parmi d’autres sur ce plan), de renforcement de la sécurité du pays et de dynamisme économique, c’est qu’ils sont encore plus consternants que j’ai tendance à le penser.

 

Même si je ne suis pas juif, je conçois un infini respect pour le judaïsme et je sais ce que je lui dois et ce que lui doit l’humanité entière. Et j’ai un infini respect pour ceux qui gardent la Loi juive et lui ont permis de traverser les millénaires intacte malgré les épreuves. Il m’arrive de douter que ceux qui ont tempêté contre Binyamin Netanyahu ces derniers temps éprouvent autant de respect que moi.

 

Je considère la méta-religion constituée par les idées américaines de gauche comme un danger pour les Etats-Unis, pour Israël et pour le monde. Et je suis consterné en voyant que des gens qui se disent juifs sont adeptes de cette méta-religion, qui me parait très éloignée des valeurs du judaïsme.

 

Je regarde les positions actuelles du parti Démocrate avec une consternation inquiète, et je suis sidéré en constatant que des gens qui se disent juifs continuent dans ces conditions à soutenir ce parti.


pour lire la suite...
 
Pourquoi le monde musulman ne veut pas voir Wonder Woman (info # 020207/17) Version imprimable
dimanche, 02 juillet 2017

 

Par Guy Millière

 

Le film Wonder Woman, qui remporte un succès planétaire, est boycotté dans le monde musulman. Le discours le plus souvent utilisé pour expliquer ce boycott est que l’actrice principale est une juive israélienne qui a un passé militaire dans Tsahal. Ce discours correspond à une réalité : le monde musulman est très antisémite et un film dans lequel l’actrice principale est juive ne peut qu’y susciter le rejet. Le monde musulman est aussi très anti-israélien, et dans nombre de pays musulmans, jusqu’à ce jour, Israël est un pays qui ne figure pas sur les cartes de géographie et dont on parle en utilisant des circonlocutions du type “l’entité sioniste”, tout en prônant sa destruction totale aux fins que le dar al islam inclue à nouveau le territoire d’Israël en en chassant tous les Juifs, après en avoir tué un grand nombre (dans la logique islamique, avoir créé un pays non musulman en terres incluses dans le dar al-islam est un crime, et le fait que des Juifs, ces êtres inférieurs, aient prétendu faire renaitre un pays juif en est un autre). La terre d’islam a autrefois englobé le territoire d’Israël par la conquête.

 

Le rejet du film par la quasi-totalité du monde arabe démontre qu’il est incapable de supporter, qu’en supplément d’être juive et israélienne, l’actrice principale ait été militaire et se soit comportée de façon remarquable durant son service militaire, ce qui ne peut que susciter une rage musulmane.

 

gal_2.jpg

Gal Gadot, Wonder Woman, trop femme, trop forte, trop courageuse, trop israélienne,

trop juive, trop belle, trop dévêtue, pour un monde arabe raciste et chauvin

 

Il y a néanmoins une autre dimension qui ne peut que provoquer l’exécration du film dans le monde musulman : le personnage incarné par l’actrice juive israélienne est un personnage qui gagne au combat contre des armées bien supérieures en nombre. Dans le subconscient du monde musulman, cela renvoie à l’évidence aux défaites militaires subies par les armées musulmanes face à Israël. Et d’ailleurs, des commentateurs de plusieurs pays musulmans ont rendu cette dimension subconsciente très consciente et ont défini le film comme procédant d’une véritable insulte au monde musulman tout entier.

 

Le fait que le personnage soit une femme est décrit par ces commentateurs comme un supplément à l’insulte. Qu’une femme juive israélienne qui a combattu dans Tsahal joue dans un film montrant une victoire sur des armées bien supérieures en nombre est déjà inadmissible, mais que ce personnage soit une femme tutoie l’inadmissible.

 

Dans l’islam, une femme est inférieure aux hommes et leur est subordonnée. Elle n’est jamais un être majeur et est définie par le Coran comme un champ de labour, un être immature valant la moitié d’un homme, et qu’un mari à la droit de frapper. Elle doit, en supplément, être pudique, discrète, porter le voile. Elle peut servir de bombe humaine à la rigueur (quelques attentats suicides islamiques ont été perpétrés par des femmes), mais elle n’est pas censée se battre les armes à la main, ce qui est la prérogative des hommes. Et il serait difficile de savoir ce qu’une femme mourant en martyr pourrait faire des soixante-douze vierges promises aux hommes tombés au djihad et censés rejoindre le paradis d’Allah.

 

Le boycott du film Wonder Woman dans le monde musulman est absolument logique. Il montre de manière ostensible la plupart des blocages qui font que ce monde ne peut entrer dans la modernité, se trouve heurté de plein fouet par celle-ci, et perçoit la modernité avec un effroi dont les conséquences sont souvent, trop souvent, mortifères. Il montre aussi pourquoi le monde musulman aujourd’hui est profondément stérile et dangereux.

 

Un monde imprégné d’un racisme pathologique à l’encontre de toute une catégorie d’êtres humains est un monde malade. Un monde où l’on nie le droit d’un peuple à disposer de lui-même sous prétexte d’irréversibilité des conquêtes islamiques est un monde vecteur de bellicisme et d’instabilités, ce qu’on ne peut que constater tous les jours. Un monde où les femmes sont traitées en êtres inférieurs est un monde où l’égalité de droit (sans laquelle le droit naturel des êtres humains n’existe pas) est impensable, et donc un monde arbitraire.

 

Quelques intellectuels musulmans se sont penchés et se penchent encore sur la dangereuse stérilité du monde musulman. Il serait urgent qu’ils soient entendus. Je crains qu’ils ne le soient pas.

 

L’islam, en surface, apparait divisé en courants, mais fondamentalement, matriciellement, il est un dogme que rien, depuis quatorze siècles, n’est parvenu à faire bouger.


pour lire la suite...
 
Annonce technique : Version imprimable
dimanche, 02 juillet 2017

 

Annonce technique : entre le samedi 26 et le jeudi 31 août inclus, les ingénieurs de la na procéderont à l’installation programmée d’une nouvelle partie importante des nouveaux modules informatiques destinés au remplacement du système de distribution existant par un système beaucoup plus moderne.

 

Durant cette période, les articles ne pourront être consultés que sur la page Facebook de l’agence, à l’adresse https://www.facebook.com/menapress/?ref=aymt_homepage_panel. La consultation des articles sera exceptionnellement gratuite et le public aura accès à l’intégralité des textes publiés.

 

Les journalistes, reporters et analystes resteront à leurs postes pour vous informer. Et toutes les fonctionnalités du site de l’agence www.menapress.org fonctionneront normalement. Les seules activités qui seront momentanément interrompues seront l’envoi des articles aux abonnés et leur publication sur le site de l’agence.

 

La rédaction présente ses excuses aux utilisateurs pour ces inconvénients qui sont uniquement destinés à améliorer nos prestations, notre sécurité informatique et votre confort de lecture.
 
<< Début < Précédente 1 2 Suivante > Fin >>

Résultats 10 - 12 sur 12