Chaque 1er janvier, c'est l'ouverture de l'année politique ! Version imprimable
dimanche, 31 décembre 2017

 

Ne manquez pour rien au monde les vœux des

 

rédacteurs de la na pour 2018

 

 

Dès 4 heures du matin le 1er janvier !

 

Entre gravité et fou rire garanti

 

 

 
Le Pape François soutient le terrorisme islamique tueur de Juifs (info # 013112/17) Version imprimable
dimanche, 31 décembre 2017

 

Par Guy Millière

                                               

Je ne suis pas catholique. Je l’ai été dans ma jeunesse, parce qu’en France, le catholicisme est la religion dominante. Je me souviens, ayant fréquenté l’école primaire en Lorraine où j’étais astreint aux cours d’éducation religieuse catholique, que les Juifs étaient définis dans mon livre de catéchisme comme un peuple déicide.

 

Depuis le concile Vatican II, en 1973, ces mots ont disparu des livres de catéchisme, mais je suis certain qu’ils restent imprimés dans les mémoires de nombres de gens de ma génération. Le souvenir de ces mots m’a éloigné du catholicisme.

 

Parce que j’ai douté par la suite, je préfère désormais me définir comme agnostique.

 

Si je perdais mes doutes et que je retrouvais des certitudes, je pourrais me convertir au judaïsme ou devenir chrétien évangélique (encore que j’aie du mal à voir en Jésus le fils de Dieu et non un prêcheur juif crucifié par les Romains), mais je ne pourrais redevenir catholique. Je ne pourrais reconnaitre l’autorité spirituelle d’un pape et l’appeler “Saint Père”.

 

Je le pourrais bien moins encore avec le pape actuel, que je considère comme un chrétien très étrange, plus proche à mes yeux du marxisme que des valeurs chrétiennes.

 

J’ai déjà eu l’occasion de critiquer ses propos. Je dois le faire à nouveau, et je dois les mettre en perspective.

 

Ce que le Pape François a déclaré le 25 décembre en comparant le voyage de deux Juifs donnant naissance à un enfant juif à Bethlehem à celui d’immigrants musulmans (et souvent imprégnés d’antisémitisme) tentant de s’installer dans le monde occidental était absolument inapproprié et très douteux. Ses affirmations, un peu plus tard, sur la nécessité de voir se créer un Etat “palestinien” étaient une prise de position militante relevant de la basse politique, doublée d’un appel renouvelé pour une cause nauséabonde et criminelle qu’il a déjà soutenue dans le passé.

 

francoisrohani.jpg

Le Pape François avec Rohani :

"On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui" (Pierre Desproges)

 

Lors de son voyage en Israël (pays jamais nommé dans le programme officiel du voyage, il y est uniquement question de “Terre sainte”), il a entériné l’équation “Bethlehem = Auschwitz”. Il s’est arrêté devant un fragment de la barrière de sécurité portant cette comparaison ignoble en levant délibérément les yeux au ciel devant les photographes. Il a également accordé un accueil chaleureux au terroriste islamique antisémite Mahmoud Abbas au Vatican, à l’occasion de l’ouverture d’une ambassade de l’ “Etat palestinien” auprès du Saint Siège.


pour lire la suite...
 
Les Palestiniens tirent 3 roquettes sur le Néguev (info # 012912/17) Version imprimable
vendredi, 29 décembre 2017

 

Métula, vendredi 13h15, 12h15 à Paris

 

A 11h50 locales, ce vendredi matin, les sirènes de la "couleur rouge" ont retenti sur le pourtour de la Bande de Gaza [voir la vidéo].

 

Trois roquettes ont été tirées – sans aucune provocation de la part des Israéliens – sur le Conseil régional de Shaar Haneguev [le portail du Néguev] à partir de l’enclave palestinienne.

 

Deux des projectiles ont été interceptés et détruits par le Dôme de fer, tandis qu’un troisième explosait sur un bâtiment public, occasionnant quelques dégâts matériels mais pas de blessés.

 

shaar_haneguev.jpg

Le Conseil régional de Shaar Haneguev sur la carte

Service cartographique © Metula News Agency

 

Tsahal a très rapidement riposté en attaquant deux positions du Hamas dans le nord de la Bande de Gaza avec l’Aviation et des tirs de chars.

 

Au moment de l’agression palestinienne, se déroulait une cérémonie dans la région à la mémoire du Soldat Oron Shaül, qui a été tué lors du conflit de 2014 face au Hamas à Gaza. Le Hamas refuse toujours de rendre les restes d’Oron Shaül, réclamant la libération de terroristes jugés et purgeant des peines de prison en échange de sa dépouille.

 

Il s’agit de la 31ème roquette tirée spontanément à partir de Gaza depuis l’annonce par le Président Trump de la décision de l’Amérique de transférer son ambassade à Jérusalem.

 

 
La signification de Hanoucca et le Président Donald Trump (info # 012412/17) Version imprimable
dimanche, 24 décembre 2017

 

Par Guy Millière

 

Les Juifs du monde entier viennent de fêter Hanoucca. Il est inutile, j’imagine, que je rappelle ce qu’est Hanoucca, ce qu’a été la révolte des Maccabées contre la dynastie Séleucide et l’hellénisation des Juifs et du judaïsme, et ce qu’a été le miracle de la fiole d’huile qui a permis d’allumer la menora du Temple pendant huit jours. Il est également inutile que je rappelle ce qu’est la signification essentielle de Hanoucca.

 

J’ai souvent repensé à cette signification à propos de la renaissance du pays juif en terre d’Israël, aux batailles que le pays juif en terre d’Israël a dû mener pour survivre face à ses multiples ennemis, ainsi qu’aux batailles que le pays juif doit continuer à mener jusqu’à ce jour.

 

trumpmenora.jpg

 

J’ai resongé à cette signification en écoutant le Président Donald Trump parler à la Maison Blanche au commencement de Hanoucca et rétablir une tradition qui avait été hideusement déformée par Barack Obama pendant huit ans.

 

Donald Trump a noté très justement que l’histoire de Hanoucca a commencé avec un tyran qui a voulu punir de mort quiconque pratiquait la religion juive et s’est continuée avec le soulèvement d’un groupe de patriotes juifs qui est parvenu à vaincre une armée puissante et a rétabli la liberté et la souveraineté juive sur la terre d’Israël.

 

Il a ajouté que Hanoucca était un symbole de la foi et de la résilience du peuple juif. Il a poursuivi en soulignant l’apport immense des Juifs aux Etats–Unis, et en présentant à l’auditoire une menora datant de 1650, censée être la première menora arrivée aux Etats-Unis. Ainsi qu’une lampe appartenant à une survivante de la Shoah, devenue américaine, et qui est parvenue à préserver la lampe malgré la persécution et la proximité de la mort la plus atroce. Trump a terminé en disant que le miracle de Hanoucca est “le miracle d’Israël”, rappelant que Jérusalem est une ville juive, capitale d’Israël, et en affirmant que le monde entier est plus lumineux grâce au peuple juif, au judaïsme et à l’existence d’Israël.

 

J’ai repensé à la déclaration du Président Donald Trump en voyant l’hostilité européenne à la reconnaissance de Jérusalem capitale d’Israël par le président américain, et en notant tout ce qui sépare Donald Trump, son administration et les gouvernements d’Europe occidentale aujourd’hui.


pour lire la suite...
 
Bruxelles-Métula du 18 décembre 2017 (011812/17) Version imprimable
lundi, 18 décembre 2017

 

© Metula News Agency

 

L’analyse de Stéphane Juffa au micro de Jim Mosko, dans le cadre de l’émission Bruxelles-Métula sur Radio Judaïca https://youtu.be/UqN_Gvkghfk (Youtube)

 

Au sommaire : La situation au sud d’Israël face à Gaza et l’évaluation des risques de guerre

 

 

 
<< Début < Précédente 1 2 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 9 sur 10