Ambuscade de DAESH dans le Golan : 4 miliciens neutralisés (info # 012711/16) Version imprimable
dimanche, 27 novembre 2016

 

© Metula News Agency

 

 Métula, dimanche 11h40, 10h40 à Paris

 

Tôt ce matin, la Brigade d’infanterie Golani, qui procédait à une surveillance de routine de la frontière avec la Syrie dans le sud du plateau du Golan, a essuyé des tirs nourris de la part de miliciens de DAESH, l’Etat Islamique en Irak et en Syrie.

 

Quatre membres de cette organisation tiraient sur les militaires israéliens à l’aide d’une mitrailleuse lourde posée sur un pick-up.

 

La patrouille a immédiatement retourné le feu en direction des assaillants, utilisant également des obus de mortier. Le pick-up a été localisé et identifié par un drone, qui a procédé à sa neutralisation. Les quatre agresseurs ont semble-t-il péri dans l’attaque aérienne.

 

On ne déplore aucun blessé du côté israélien.

 

L’incident, inhabituel, s’est déroulé dans la petite portion du Golan syrien [voir carte], au nord de Khamat Gader, qui est contrôlée par 770 miliciens affidés à DAESH.

 

daesh_golan.jpg

On distingue dans le sud du Golan la petite portion de territoire

contrôlée par DAESH où s’est déroulé l’affrontement

 

En noir la position de Daesh

En vert, celles des rebelles du Front du Sud (ASL et 60 groupes islamistes)

En rouge l’Armée gouvernementale et ses alliés iraniens et libanais

 

D’ordinaire, les responsables de cette enclave, qui répètent à qui veut l’entendre, qu’ils ne sont pas en guerre avec Israël, s’abstiennent de toute activité provocatrice dirigée contre l’Etat hébreu.

 

On ignore pour l’instant, à Métula, si l’Etat Islamique a décidé d’ouvrir un nouveau front contre Israël, afin de contrebalancer ses revers militaires en Syrie et en Irak, ou s’il s’agit de l’initiative de miliciens isolés, excités par les incendies qui ont ravagé notre pays la semaine dernière.

 

Ceci-dit par précaution, car il est clair pour nos analystes que DAESH n’est pas en situation de soutenir une confrontation avec Tsahal, et que si ce genre d’agression venait à se reproduire, l’Armée des Hébreux affligerait de lourdes pertes supplémentaires au Califat Islamique.