Attaque israélienne d’un convoi syrien (010105/20) Version imprimable
jeudi, 30 avril 2020

 

Ont collaboré à cet article : Stéphane Juffa, Jules Mazouz, Yoshua Ohana

 

Métula, vendredi 02h40, 01h40 à Paris

 

Tard dans la soirée de jeudi, selon des sources étrangères concordantes que nous sommes en mesure de confirmer, des hélicoptères d’assaut israéliens ont attaqué au missile plusieurs positions de l’Armée gouvernementale syrienne, à son usage et à celui du Hezbollah libanais et de milices chiites sous commandement iranien dans le Golan syrien.

 

L’attaque fait suite à l’atterrissage cette après-midi à Damas d’un Boeing 747-281F cargo iranien en provenance de Téhéran. Un appareil sous livrée trompeusement civile de la compagnie Qeshm Fars Air, immatriculé QFZ9951.

 

qeshm747.jpg

 

Qeshm Fars Air était une société civile et privée qui a fait faillite en 2013 et qui a refait surface en 2017, exclusivement au service des Gardiens de la "Révolution" khomeyniste (les Pasdaran).

 

Le matériel - des armes et des munitions -, a été chargé sur des camions qui ont fait route en direction de la province de Kouneitra à proximité de la frontière israélienne.

 

Aussitôt le déchargement effectuée, le Khe’l Avir, l’Armée de l’air israélienne, est entré en action et a détruit les bâtiments dans lesquels le matériel venait d’être entreposé.

 

Des organes d’information officiels syriens – dont l’agence gouvernementale SANA - et iraniens font état de cette attaque mais ne reconnaissent que des dégâts matériels.

 

Selon des sources plausibles mais que nous ne sommes pas en mesure d’endosser actuellement, simultanément à l’attaque des hélicoptères, Tsahal aurait bombardé deux autres objectifs dans le Golan syrien tenus par des formations auxiliaires de l’Armée gouvernementale syrienne.

 

Ces attaques auraient conjugué des bombardements d’artillerie et des tirs de missiles sol-sol Tamouz à partir du Golan israélien.

 

Nous ignorons le bilan précis des interventions israéliennes de cette nuit mais nous savons avec certitude qu’il y a des morts et des blessés dans les rangs ennemis.