Beersheva – Maribor : les Chameaux remportent la première manche (info # 011708/17) Version imprimable
mercredi, 16 août 2017

 

Par Ilan Tsadik

 

Barrage aller, ce mercredi, pour l’accession à la phase des groupes de la Ligue des Champions : Beersheva 2 – Maribor 1, au stade Turner de Beersheva, devant 16 000 spectateurs, où il ne restait pas un strapontin de libre.

 

Hapoël Beersheva est une meilleure équipe que Maribor la slovène, qu’il a battue ce soir dans la capitale du Néguev. Ceci dit, ce succès amplement mérité, sur la marque de deux buts à un, ne garantit pas une marge de confiance suffisante en vue du match retour mardi prochain.

 

Grand match et grand spectacle, ce soir à Beersheva. Tout avait pourtant mal commencé : après une période de domination initiale des Chameaux, une erreur grossière du défenseur Shir Tsedek permettait au vieux loup de mer brésilien (33 ans) Marcos Tavares de geler l’ambiance en trompant le gardien Gay Khaïmov.

 

But pour les visiteurs, qui vaut son pesant d’or parce qu’obtenu à l’extérieur. Ca s’est passé à la 10ème minute, mais on n’a pas eu le temps de se lamenter, car à peine deux minutes plus tard, Anthony Nwakaeme, l’un des deux chameaux nigérians, reprenait de volée le mauvais renvoi d’un défenseur slovène. D’une distance de 23 mètres, le meilleur joueur sur le terrain inscrivait le plus beau but de toute la phase des play-offs de la compétition européenne.

 

nwakaeme_2.jpg

Nwakaeme, le meilleur argument de Beersheva en vue de la Champions League

 

Une si belle réussite qu’elle a choqué tous les spectateurs et les millions de téléspectateurs pendant un long moment. Un shoot comme celui-ci est de ceux qui font la grandeur du football. Qui font qu’on l’aime et qu’il est le sport-roi.

 

Ensuite ? Maribor ne s’est pas ménagé une seule occasion sérieuse durant toute la rencontre, à l’exception de quelques tirs pris de l’extérieur des 16 mètres, qui n’avaient pas de quoi surprendre Khaïmov.

 

Mais il ne faut pas s’y tromper : cette équipe, qui compte dans ses rangs le demi israélien anonyme Marwan Kakhba, ne manque pas d’atouts dans son jeu. Elle ne fait certes pas dans le foot-Champagne mais elle est tactiquement très disciplinée, positivement agressive, et ne perd pas la tête lorsqu’elle est acculée.     

 

En face, Hapoël a livré une solide prestation. Il a généralement présenté un jeu diversifié, plaisant et rapide, et s’est ménagé quatre ou cinq occasions assez nettes d’aggraver le score et de se mettre à l’abri en vue du déplacement de la semaine prochaine.

 

Les joueurs du désert se sont vus récompenser de leur domination lors des arrêts de jeu en fin de première période, lorsque Blaž Vrhovec s’aidait des mains pour arrêter le capitaine Maor Melikson dans sa surface de réparation. Lequel Melikson venait d’hériter d’un une-deux avec Nwakaeme.

 

On sait que les Chameaux n’excellent pas dans la transformation des penaltys, mais Shir Tsedek avait à cœur de réparer sa bévue du début de partie et il expédiait un boulet de canon imparable dans les filets de l’excellent portier Jasmin Handanović.

 

En deuxième mi-temps, la pression des footballeurs locaux se poursuivait, mais la déesse Réussite ne leur permettait pas d’augmenter leur avantage. Une fois de plus, nous avons observé le manque de condition physique des Chameaux – je sais, c’est un contre-sens -, dont le niveau de jeu baissait toutefois d’un cran.

 

Pour voir leur endurance s’améliorer, il faudra décidément attendre que le championnat reprenne. Ce sera chose faite samedi, lorsqu’ils recevront pour le premier match de la saison le néo-promu Nataniya. Ce sera toutefois un peu tard avant de disputer le match retour à Maribor, la rencontre la plus importance dans l’histoire du club du Néguev, puisqu’il pourrait lui ouvrir pour la première fois les portes de la Champions League.

 

Heureusement pour les "ouvriers" [Hapoël] de Beersheva, leurs adversaires n’étaient pas plus frais qu’eux en fin de partie, qu’ils ont également terminée sur les rotules.

 

Autre point faible des Hébreux : leur incapacité à tirer des coups de coin dangereux. 6 corners à 1 pour les visiteurs, mais tant Maharan Radi que Melikson qui les ont bottés ne maîtrisent pas cet exercice et c’est regrettable.  

 

Radi, qui s’est de plus blessé à la 84ème minute, et qui a dû abandonner son poste. Il vient rejoindre à l’infirmerie le Portugais Miguel Vitor, le boss de la défense, qui s’est déchiré les ligaments du genou la semaine dernière et qui sera indisponible durant plusieurs mois, à l’instar de l’attaquant Ben Sahar, ex-Auxerre, qui s’est démis l’épaule.

 

Le coach Barak Bakhar a introduit en cours de match ses deux gros transferts, l’attaquant tchèque Tomáš Pekhart, et le milieu offensif espagnol qui a porté les couleurs de Barcelone, Isaac Cuenca. Le premier s’est montré trop timide et a manqué de tranchant. Le second, qui n’a eu que dix minutes pour s’exprimer, s’est révélé quelque peu rouillé après une longue absence des terrains pour cause de blessures.

 

Les deux ne peuvent que reprendre confiance et progresser. Particulièrement Cuenca, qui laisse entrevoir un très élégant toucher de ballon. A Maribor ils seront rejoints par Michaël Ohana, qui était suspendu pour avoir écopé de deux cartons jaunes, et par Hatem Abed Elkhamed, qui vient d’être acheté à prix d’or et au pied levé au F.C Ashdod afin de remplacer la perte de Miguel Vitor.   

 

Voilà. Les Chameaux se trouvent désormais à 90 minutes du paradis. En cas de partage de l’enjeu ou de victoire sur quelque score que ce soit, on verra Messi, Ronaldo et Neymar à Turner. Pour cela, ils vont donner tout ce qu’ils ont dans les tripes en Slovénie. Mais attention : les joueurs de Maribor ne sont pas des "joyeux campeurs" et ils s’apprêtent à vendre chèrement leur peau. Et 2 à1 est un avantage fragile. Cela promet une sacrée bagarre mardi prochain.