Des balles libanaises survolent la Ména, un soldat blessé (info # 012007/16) Version imprimable
mercredi, 20 juillet 2016

 

© Metula News Agency

 

Mercredi, 11h30 à Métula, 10h30 à Paris,

 

Ce matin, sur le coup des huit heures, des rafales de mitrailleuses lourdes ont été tirées à partir du Liban en direction des bâtiments de la Ména à Métula et de la base de Tsahal Narkiss (narcisse).

 

Les projectiles venant du Nord ont survolé notre rédaction à une hauteur de 8 à 15 mètres avant d’atteindre Narkiss, qui a subi deux impacts.

 

Narkiss se situe à vol d’oiseau à 45 mètres au-dessus de notre rédaction, se trouvant toutes deux à proximité du sommet du Har Hatzvia, le mont de l’Observation, haut de 610m en son point culminant.

 

Un soldat a été légèrement blessé par le ricochet d’une balle et a été transporté à l’hôpital de Tzfat (Safed) par une ambulance de l’Armée.

 

La sirène d’alarme de la base de Narkiss a retenti et les militaires ont gagné les postes de combat, dont plusieurs chars Merkava, en disponibilité permanente à cet endroit.

 

menarkiss.jpg

Narkiss, la Ména, le Liban

Service cartographique © Metula News Agency

 

En revanche, les habitants de la partie civile d’Har Hatzvia, plus proche des sources de tir que Narkiss, n’ont pas été prévenus et continuent de vaquer à leurs occupations, avec notamment des enfants qui occupent un parc de jeux juste en aval de nos bureaux. Il n’y a pas de déploiement de soldats et d’équipements dans le quartier.

 

Les agriculteurs de la partie centrale de Métula ont, en revanche, été invités à ne pas s’approcher de notre colline.

 

Depuis l’incident, des drones et des hélicoptères nous survolent en permanence.

 

C’est la première fois depuis 2006 que la partie peuplée de Métula est visée par des tirs libanais. Durant la Seconde Guerre du Liban, nous avions été les cibles de dizaines de tirs de roquettes, les maisons d’Har Hatzvia portant encore clairement, pour la plupart, des traces évidentes d’éclats de ces projectiles.

 

En novembre 2005, la maison située exactement au-dessous du petit complexe de la Ména (à 30m) avait subi les tirs croisés de deux roquettes et elle avait été entièrement détruite, voir notre article de l’époque : "Antijuivisme : Ne me parlez pas des tagueurs de banlieue !".

 

En 2005, l’hypothèse avait été envisagée selon laquelle le Hezbollah s’était trompé de cible en visant la demeure de deux paisibles instituteurs alors qu’il comptait probablement détruire les bâtiments de notre agence de presse.

 

Ce mercredi, nous ignorons la nature de son objectif et les raisons qui l’ont poussé à prendre le risque de s’attirer les foudres d’une riposte de Tsahal, qui pourrait être mordante, Israël n’acceptant pas que son territoire soit attaqué, qui plus est, les parties habitées de celui-ci.

 

Nous devons aussi admettre que nous ne nous sommes rendu compte de rien, car au moment des tirs, des jardiniers s’occupaient de notre gazon ainsi que de nos fleurs et le bruit de leurs tondeuses a couvert celui des tirs et de la sirène d’alarme de Narkiss.

 

Il est toutefois envisageable que ce soit à nouveau la Ména qui ait été visée – puisque nous nous sommes trouvés sur le parcours des balles - mais cela reste à démontrer. Jusqu’aux résultats de l’enquête, nous poursuivons notre travail d’information sans précautions particulières et ne manquerons pas d’aviser nos lecteurs en cas d’éventuels développements de l’incident. A 11H27, des chasseurs-bombardiers du Khe’l Avir (Armée de l’Air) ont franchi la frontière libanaise.

 

Ecoutez le commentaire de Stéphane Juffa à chaude au micro de Jim Mosko.