Deux raids majeurs cette nuit en Syrie (010505/20) Version imprimable
lundi, 04 mai 2020

 

© Metula News Agency

 

 

Ont collaboré à cet article : Michaël Béhé, Stéphane Juffa, Yoshua Ohana

 

Métula, mardi 03h40, 02h40 à Paris

 

Selon diverses sources concordantes, y compris l’agence officielle d’information syrienne SANA ainsi que des media iraniens à l’instar d’al-Alam [ara.: le monde], des appareils israéliens ont bombardé le complexe militaire-industriel situé au sud-ouest de la ville d’al Safirah (Sfireh en dialecte local) 107 000 hab..

 

safirah_map.jpg

Carte de situation

Service cartographique © Metula News Agency

 

Le complexe en question, affilié au Centre d'Etudes et de Recherches Scientifiques (CERS) syrien, se situe à 17km au sud-est d’Alep, à 278 au nord de Damas et à 346km de Métula, dans la même direction, le point le plus proche en territoire israélien.

 

Le CERS d’al Safirah était soupçonné par les agences de Renseignement occidentales d’abriter des usines de missiles ainsi que la fabrication d’armes chimiques et bactériologiques de destruction massive.

 

Le centre pris pour cible cette nuit incluait également une base dans laquelle étaient stationnés des militaires gouvernementaux syriens et des Pasdaran (corps des Gardiens de la "Révolution" khomeyniste).

 

Nous sommes en mesure de confirmer que l’objectif a été la cible d’un raid aérien qui s’est déroulé à 22h32 locales. Des missiles ont été tirés par des chasseurs-bombardiers – probablement des F-35 furtifs. Ils ont provoqué au moins trois explosions majeures et ont totalement détruit le complexe ainsi que les entrepôts attenants, selon un témoin oculaire et un médecin joints par Michaël Béhé.

 

safirah_complex_scaled.jpg

Le complexe militaire-industriel d’al Safirah

Service cartographique © Metula News Agency

Base : Google Earth Pro

 

Il y a de très nombreux morts et blessés suite à cette opération d’après le médecin. Le témoin oculaire prétend avoir distinctement compté huit missiles "venus du ciel et générant d’énormes explosions".

 

L’opération d’al Safirah est confirmée par SANA, qui ne parle que de dégâts matériels et prétend que des missiles d’interception ont été tirés en direction des missiles air-sol israéliens. Nous sommes quant à nous en situation d’affirmer que tous les missiles air-sol, sans doute des Dalila, ont précisément atteint leurs objectifs. SANA affirme que l’Armée est encore en train d’évaluer les dégâts causés par le raid.

 

D’autre part nous sommes également en mesure de confirmer qu’un autre raid aérien a eu lieu aux environs de la ville d’al Salkhiyah, dans la province de Deïr ez-Zor sur l’Euphrate, à mi-chemin entre al Mayadin et Bukamal sur la frontière syro-irakienne.

 

Une vingtaine d’impacts ont été rapportés par des sources locales. Des entrepôts d’armes et de munitions ainsi qu’un quartier général de l’Armée iranienne ont été visés et oblitérés.

 

Les media arabes attribuent aussi le raid d’al Salkhiyah à l’Aviation israélienne, ce qui est plausible.