Frappes israéliennes massives et nombreuses la nuit dernière en Syrie (010505/21) Version imprimable
mercredi, 05 mai 2021

 

© Metula News Agency

 

Métula, mercredi mi-journée

 

Stéphane Juffa et Jules Mazouz ont participé à cette dépêche

 

A 02h18 ce mercredi matin, des appareils du Khe’l Avir, l’Aviation israélienne, ont attaqué plusieurs objectifs dans la partie nord-ouest de la Syrie. Dans deux secteurs principalement : la côte de la province de Lattaquié, entre Tartous au Sud et la ville de Lattaquié, et à une quarantaine de kilomètres de la côte méditerranéenne, dans la zone de Masyaf [carte].

 

Sur la carte ci-dessous, seuls les points rouges pleins matérialisent des lieux où des attaques vérifiées (par la Ména) se sont produites la nuit dernière.

 

jabl_lattaqui_map.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Source : Google Earth Pro

 

Masyaf et ses alentours sont connus pour accueillir une dizaine de sites majeurs de l’industrie militaire syro-iranienne. Tous ont plusieurs fois subi les raids du Khe’l Avir, qui ont fait l’objet d’articles spécifiques de la Ména.

 

Dix cibles en tout auraient été visées et oblitérées durant les opérations des premières heures de ce matin.

 

Les objectifs sélectionnés indiquent que Tsahal s’est focalisé sur des installations industrielles liées à la fabrication et au stockage de pièces relatives à la confection de ce que l’on appelle communément des "missiles de précision" sol-sol de conception iranienne.

 

En réalité, l’emploi de ce terme n’indique nullement que ces missiles sont précis, ce qui reste totalement à démontrer, mais simplement, qu’ils sont équipés de systèmes de guidage. Par opposition aux roquettes qui en sont exemptes.

 

Certains des sites visés cette nuit abritaient le projet de la Théocratie chiite consistant à tenter de transformer des roquettes – dont le Hezbollah libanais dispose de plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires – en "missiles de précision".

 

jab.jpg

Photo d’une attaque de cette nuit

 

A Haffa (ou al Haffa) [carte] les missiles israéliens ont oblitéré des stocks d’armes et de munitions et ont endommagé un quartier général principal au sud de la localité.

 

A Ugarit [également appelée Ras-Sharma [ara. : le cap/la pointe du fenouil]], à 5km au nord de Lattaquié, huit civils ont été blessés par des retombées de missiles sol-air syriens, dont une femme et trois enfants.

 

Tous les missiles israéliens ont atteint leurs cibles avec une précision moyenne de moins d’un mètre du point d’impact prévu.

 

Contrairement aux annonces faites par certains media concurrents, reprenant la propagande de la dictature des al Assad, aucun missile israélien n’a été atteint par la DCA ennemie. Les équipements antiaériens de l’Armée gouvernementale ne permettant pas d’abattre des avions hébreux ou les missiles qu’ils lancent.

 

En revanche, en marge de l’attaque principale, le Khe’l Avir a totalement anéanti trois batteries de missiles sol-air ainsi que leurs servants à proximité de la cité de Dumeir [carte], à 12km à l’est de Damas. Dumeir accueille la principale concentration de missiles antiaériens censés défendre la capitale. Lors de la destruction de ces positions, 16 servants syriens ont perdu la vie dont deux officiers, selon les informations recueillies par Michaël Béhé. La dictature alaouite des al Assad ne reconnaît aucune perte humaine.

 

Au total, les raids de ce matin on cependant fait 47 victimes dans les rangs des Gardiens de la Révolution khomeyniste et de leurs miliciens supplétifs libanais et d’autres nationalités. On compte également 85 blessés, dont 19 dans un état grave à désespéré. Ce bilan, précise Michaël Béhé, n’est pas définitif et ne comprend pas les pertes humaines dans la région de Masyaf. Toutes les communications téléphoniques et Internet ayant été intentionnellement coupées avec Masyaf.

 

Les deux vidéos suivantes montrent une frappe et les résultats d’icelle sur un large dépôt d’armes et de munitions dans la ville-même de Lattaquié. Cette ville dispose du second port de Syrie après Tartous [carte] et est desservie par l’aéroport de Khmeimim occupé par le contingent russe et soumis à sa gestion, à 15km au sud-est de Lattaquié.

 

Le sud et l’est de cette ville comptent des zones industrielles et de stockage de marchandises.

 

Sur ces vidéos, on distingue clairement les effets de la seconde explosion, celle des marchandises explosives stockées dans l’entrepôt. Selon les media officiels syriens, qui racontent n’importe quoi, le Khe’l Avir aurait ciblé une usine civile de plastique. A la Ména, on se demande bien pour quelle raison l’Etat hébreu attaquerait un site de production de plastique, et surtout, pourquoi le plastique exploserait tel un dépôt de munitions.

 

Les vidéos de l’attaque à Lattaquié :

https://twitter.com/i/status/1389826099102748673

 

https://twitter.com/i/status/1389733957676126209   

 

L’emplacement des cibles de cette nuit indique sans l’ombre d’un doute sensé, qu’Israël avait informé les Russes de ses intentions. Si cela n’avait pas été le cas, à cause de la proximité de la base de Khmeimim, Israël et la Russie seraient actuellement en guerre.

 

Les Russes entretiennent avec un sens artistique consommé la double coopération : d’une part, elle  autorise les atterrissages et le déchargement des appareils – dans 90% des cas, ce sont les vieux 747 cargos de Qeshm Air – à Khmeimim. 

 

jab2.jpg

Source : SANA (Agence Arabe Syrienne d’Informations)

 

Ces vols sont bourrés d’armes, de munitions et de pièces destinées au déploiement iranien en Syrie et au Hezbollah libanais, en Syrie et au Liban.

 

D’autre part, nous pensons que les Russes informent précisément les Israéliens de la nature des chargements et des entrepôts vers lesquels ils sont dirigés.

 

De plus, les Russes ont prévenu les Iraniens qu’ils n’interviendraient jamais lors des confrontations entre eux et les Hébreux. C’est pour cela qu’ils laissent faire et observent les feux d’artifice. Même sous leur nez : les cibles visées à Jablé se trouvent à moins de deux kilomètres de leur quartier général au Moyen-Orient. C’est dire la confiance que l’état-major russe accorde à la précision des tirs des pilotes israéliens et à leurs intentions. Il s’agit d’un phénomène absolument inhabituel pour l’Armée russe.

 

En creusant d’avantage, on s’aperçoit que Moscou ne dispose pas d’alternative autre que celle de pratiquer ce double jeu. Ce, parce que les nombreuses batteries de SA-400 disposées autour de Khmeimim n’ont aucune chance d’abattre un chasseur-bombardier du Khe’l Avir. Si un doute planait à ce sujet, Israël ne risquerait pas la vie de ses pilotes en les envoyant bombarder Lattaquié ; les Kamikazes c’était au Japon durant la Seconde Guerre Mondiale, pas au sein de Tsahal.. 

 

Or tant que la DCA de Poutine ne tire pas sur les appareils du Khe’l Avir, le doute positif quant à l’efficacité du système S-400 subsiste, et les carnets de commandes – pour une valeur de plusieurs milliards d’euros – restent bien garnis. C’est le meilleur produit à la vente de l’industrie militaire russe.

 

En revanche, si un affrontement Khe’l Avir-DCA russe se produisait, aucun client solvable ne serait plus intéressé par l’acquisition de cette ferraille.