Gaza, riposte israélienne, implication iranienne (022710/18) Version imprimable
samedi, 27 octobre 2018

 

© Metula News Agency

 

Métula, samedi, 13h40, 12h40 à Paris

 

34 roquettes ont été lancées cette nuit à partir de Gaza sur les agglomérations israéliennes du Néguev occidental. C’est le Djihad Islamique qui est exclusivement responsable de ces tirs.

 

14 de ces projectiles ont été interceptés en vol par le Dôme de fer. On ne compte pas de blessés atteints directement par l’explosion de ces roquettes.

 

En réponse à ces agressions, le Khe’l Avir a bombardé et oblitéré 87 cibles à l’intérieur de la bande de Gaza, dont le nouveau centre de commandement du Hamas [voir la vidéo].

 

Parmi les autres sites détruits, on compte deux des plus grandes fabriques d’armement et de munitions dans la Bande, ainsi que cinq bases militaires.

 

Tsahal a épargné jusqu’à maintenant les installations du Djihad Islamique, attribuant la responsabilité sécuritaire dans l’enclave au Hamas tronc traditionnel, et exigeant de sa part qu’il impose sa volonté sur les tireurs.

 

Ce déchaînement de feu islamique intervient moins de deux jours après qu’un accord a été passé entre les médiateurs égyptiens et les chefs de la milice Hamas. Il semble que le Djihad était soit insatisfait des contreparties obtenues par les négociateurs palestiniens, soit qu’il ne soit absolument pas intéressé par une trêve, ou encore, qu’il entend provoquer une confrontation à grande échelle.

 

Pour les militaires israéliens, confirmant en cela notre estimation de la nuit dernière, "la capacité du Hamas à empêcher les jets d’explosifs et de pneus est presque inexistante". Hier, 16 000 Gazaouis ont participé aux émeutes-actes de guerre contre les soldats de Tsahal, leur jetant des bombes incendiaires, des grenades et des pierres. Quatre assaillants ont été tués lors des ripostes des militaires.

 

Le porte-parole de l’Armée de Défense d’Israël, le Brigadier Général Ronen Manelis, a révélé que les ordres ayant conduit dans la nuit à l’agression perpétrée par le Djihad Islamique "provenaient de l’Iran et des Gardes Révolutionnaires de la Force Quds (Jérusalem) basés en Syrie". Manelis ajoutant : "La totalité de l’incident était télécommandée par la Force Quds qui orientait les attaques".

 

Le porte-parole a réagi en déclarant : "Ces dernières heures, Tsahal a envoyé un message très clair, selon lequel personne n’était immunisé, ni à Gaza, ni à l’extérieur de Gaza". Ce message laisse à penser que les mentors de cette attaque du Djihad pourraient avoir fait les frais d’opérations menées par Tsahal en territoire syrien, ou que l’on peut s’attendre à des représailles de cette sorte

 

Pendant que se déroulent ces très graves incidents, le Premier ministre Binyamin Netanyahu se trouve à Mascate, la capitale d’Oman, où il rencontre le Sultan Qabus Ibn Saïd. Oman est le pays qui contrôle la rive sud du détroit stratégique d’Ormuz, à 50km de la "République" Islamique d’Iran. D’autre part, le général en chef de l’Armée d’Azerbaïdjan, le pays qui jouxte l’Iran par le Nord-Ouest, est arrivé en Israël pour une importante visite.

 

oman.jpg

Oman et le détroit d’Ormuz

Service cartographique © Meltula News Agency

 

En regard de la grande efficacité des sanctions américaines contre la théocratie des ayatollahs et ses supplétifs du Hezbollah au Liban, Israël semble se préparer de plus belle à toute éventualité.

 

Dernières minutes : il y a un peu plus d’une heure, les avions du Khe’l Avir ont anéanti 8 positions du Djihad Islamique à Gaza [regarder le film de ces attaques]. Le Djihad a également fait savoir qu’un cessez-le-feu avait été conclu grâce à une nouvelle médiation égyptienne. On n’en a aucune confirmation, ni du Caire, ni de Jérusalem.