Graves affrontements à Gaza (021111/18) Version imprimable
dimanche, 11 novembre 2018

 

© Metula News Agency

 

Métula, dimanche, 23h35, 22h35 à Paris

 

Ce dimanche soir, une force spéciale israélienne s’est introduite dans l’enclave palestinienne de Gaza. Certains des soldats étaient déguisés en femmes, d’autres, en résidents locaux.

 

Le commando a intercepté et neutralisé Nour Baraké, le no.2 de l’aile armée du Hamas tronc traditionnel, Ezzedine al Qassam, de même qu’au moins 5 autres membres (dont un second chef de premier rang) de cette organisation. Le Hamas annonce également que 7 à 8 autres miliciens ont été blessés lors de l'accrochage. L’opération a eu lieu dans la ville de Khan Yunis (145 000 hab.), dans le quart sud-ouest de la bande côtière [carte].

 

gazamap.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

 

La force d’intervention de Tsahal a toutefois été remarquée par des miliciens islamistes armés qui l’ont prise pour cible. Aucun soldat n’a été kidnappé par les islamistes.

 

Des appareils du Khe’l Avir [l’Armée de l’air israélienne] sont alors intervenus afin de couvrir le retrait du commando entre Khan Yunis et la frontière israélienne.

 

Des militaires qui composaient cette unité d’intervention ont été touchés et emmenés en hélicoptère à l’hôpital Soroka de Beersheva. Nous nous interdisons de faire état de l’état des soldats avant que leurs familles aient été informées.

 

sorok.jpg

Un hélicoptère débarquant des blessés du raid de ce soir à l’hôpital Soroka

 

Vers 22h30, les factions islamiques de Gaza ont lancé plusieurs salves de roquettes sur le pourtour de Gaza, principalement sur le territoire du Conseil régional d’Eshkol [carte]. Le Khe’l Avir riposte à ces tirs. Jusqu’à 23h07, le Dôme de fer a intercepté tous les projectiles tirés en direction du territoire israélien [Tsahal].

 

Le ministre de la Défense Avigdor Liebermann se trouve en consultation avec l’état-major de l’Armée en vue d’appréhender la situation et de décider du comportement à adopter. M. Netanyahu, en visite à Paris, est constamment tenu informé du développement de la situation.

 

Les journalistes-reporters de la Ména dans le pourtour de Gaza sont à pied d’œuvre. Nous ignorons les raisons ayant amené l’état-major de Tsahal à lancer ce raid terrestre inhabituel.