Bruxelles-Metula du 31 mars 2017 (013103/17)
vendredi, 31 mars 2017

 

Stéphane Juffa, au micro de Jim Mosko, pour Bruxelles-Métula sur Radio Judaïca https://youtu.be/YkijVXEl5QI  (Youtube), analyse :

 

1. La double décision du gouvernement israélien de construire une nouvelle implantation (la première en 20 ans) pour reloger les Edennistes antisionistes d’Amona, qui ont blessé plus de 50 policiers israéliens, en les traitant de soldats nazis et en appelant de leurs vœux la fin du sionisme.

 

Une décision prise afin de calmer les membres de la coalition et de pouvoir annoncer un gel très partiel des implantations à la demande du Président Donald Trump.

 

Les mesures prises par le cabinet Netanyahu ne satisfont toutefois pas la nouvelle administration U.S ; une réunion de 4 heures, la semaine dernière, avec l’émissaire de Washington, Jason Greenblatt, s’est terminée en queue de poisson.

 

Il semble que Donald Trump soit fermement décidé à aboutir à un règlement avec les Palestiniens et le monde arabe. On se dirige vers une crise avec les Etats-Unis, plus profonde peut-être que ce que l’on a connu avec Barack Obama.

 

2. L’Affaire du cimetière de Pantin : il s’agissait bien d’un accident comme l’a démontré l’enquête scientifique de la Ména. Mais la confiance est rompue entre le gouvernement français, les représentants communautaires, d’une part, et la population israélite, de l’autre.

 

La faute au stress permanent imposé aux Juifs, aux décisions arbitraires, au laxisme face à l’antisémitisme, ainsi qu’à une communication calamiteuse.

 

3. La manifestation de demain prévue par la CAPJPO, avec des slogans manifestement antisémites et un appel au BDS, le boycott d’Israël, autorisé par le préfet en contradiction patente avec la loi française.

 

Les Israélites vont, une fois de plus, regarder au balcon les antisémites défiler au cœur de Paris en toute légalité. Vont-ils à nouveau se voir infliger des "Mort aux Juifs !" et des "Juif, tire-toi, la France n’est pas à toi !" ?

 

Le statut des Israélites français se détériore de jour en jour, et le programme des candidats à la présidence promet une aggravation du phénomène.

 

4. La Turquie a décidé de mettre fin à sa campagne militaire en Syrie, mais va-t-elle retirer ses soldats ou maintenir leurs positions. L’avenir des Kurdes en question, avec le rôle grandissant des Russes dans la région et une synchronisation stratégique entre Messieurs Poutine et Trump.

 

 
By YinonSys