L’Aviation israélienne a attaqué l’aéroport international de Damas tôt ce matin (info # 022209/17)
vendredi, 22 septembre 2017

 

Par Michaël Béhé à Beyrouth © Metula News Agency

 

Beyrouth, vendredi 12h45 11h45 à Paris

 

Plusieurs sources arabes font état ce vendredi d’un triple raid de l’aviation israélienne sur une portion de l’aéroport international de Damas.

 

L’attaque s’est produite peu avant l’aube. Elle visait la partie de l’aéroport confiée par le régime de Bashar al Assad à l’Armée iranienne et à ses supplétifs de la milice chiite libanaise Hezbollah.

 

J’ai pu m’entretenir avec deux témoins oculaires syriens qui m’ont confirmé la nouvelle et qui m’ont rapporté que de très imposantes flammes s’échappaient des cibles frappées par les pilotes hébreux, comme en témoignent les images prises par des voisins de l’aéroport.

 

raidapt.jpg

Photo des suites des attaques de l’Aviation israélienne ce matin

 

Deux hypothèses sont à retenir :

 

1. La première, la plus plausible, voudrait que les militaires israéliens aient décidé d’anéantir les installations et les stocks de matériel ayant servi, mardi dernier, à envoyer un drone à destination d’Israël. Tsahal aurait utilisé la surprise en lançant ce raid en pleine fête du Nouvel an juif – Rosh Hashana -, ce qu’il ne fait que lors d’occasions exceptionnelles.

 

2. La seconde indiquerait que ce sont les Iraniens et les Syriens qui entendaient profiter de la grande fête israélite pour organiser un convoi d’armes à destination du Hezbollah au Liban, escomptant que le Khe’l Avir n’interviendrait pas à Rosh Hashana, ce qui est plus aléatoire.   

 

L’autre question qui se pose est de savoir si les appareils à l’étoile de David se sont approchés de leur objectif ou s’ils ont lancé leurs missiles à partir des territoires israélien ou libanais.

 

La seconde éventualité a l’avantage de moins exposer la vie des pilotes à la DCA syrienne et de ne pas irriter les Russes qui ont déployé une vingtaine de Mig sur le tarmac de l’aéroport international.

 

De plus, cette option, grâce à la précision chirurgicale des nouveaux missiles israéliens, présente des gages de succès équivalents à une attaque rapprochée.

 

On peut, de plus, se demander comment les Iraniens auraient pu faire décoller un drone sur un aéroport sur lequel les Russes sont présents sans obtenir leur aval. Cela laisse penser à un double jeu habituel de la part du Président Vladimir Poutine, qui veut à la fois se faire passer pour un arbitre et un belligérant aux côtés de ses alliés.

 

La rédaction à Métula ne signale aucune disposition particulière de l’Armée relative au risque d’une réplique syrienne. A noter que des centaines de milliers de touristes israéliens arpentent en ce jour férié le Doigt de la Galilée et que, tant que faire se peut, Jérusalem n’entend pas créer la panique parmi eux.

 

A l’heure qu’il est, le porte-parole de Tsahal a déjà annoncé qu’il ne commenterait pas ces informations. On ne signale pas non plus de réaction du régime syrien et du Hezbollah.

 

 
By YinonSys