Gaza: un abcs purulent au sud d'Isral (info # 011911/18)
lundi, 19 novembre 2018

 

Par Guy Millière


Les récentes attaques menées par le Hamas en territoire israélien, suivies immédiatement par un accord de cessez-le-feu et par des proclamations de “victoire” par le Hamas, suscitent des débats intenses en Israël.

 

Avigdor Lieberman a démissionné de son poste en disant que la riposte israélienne aurait dû être plus radicale et plus soutenue. Naftali Bennett a semblé partager cette position. Binyamin Netanyahou a été accusé de faiblesse.

 

Quand bien même les considérations électorales ne sont pas absentes des discours tenus, il n'en reste pas moins que les positions d'Avigdor Lieberman, de Naftali Bennett et de ceux qui ont accusé Binyamin Netanyahou de faiblesse ont une part de pertinence.

 

La vie des habitants et des agriculteurs du sud d'Israël est un enfer depuis bien trop longtemps. Des forêts entières ont été ravagées par les incendies provoqués par les cerfs-volants boutefeux envoyés depuis Gaza. Les habitants et les agriculteurs du sud d'Israël peuvent légitimement exiger du gouvernement israélien qu’il assure leur sécurité.

 

falq.jpg

Bibi les a laissé tirer

 

Je fais partie de ceux qui pensent que réduire bien davantage de bâtiments de Gaza à l’état de décombres conduirait les Arabes de Gaza et leurs dirigeants à devoir reconstruire et à se calmer pendant un temps. Les opérations menées à Gaza par Israël en 2014 avaient conduit à quatre années de calme relatif. Les frappes infligées à l'époque avaient été utiles. 

 
Je fais aussi partie de ceux qui souhaiteraient une solution plus drastique. Une organisation terroriste islamique aux buts génocidaires telle que le Hamas devrait être détruite intégralement. Tout comme les autres organisations terroristes islamiques présentes à Gaza.

 

Hélas, les obstacles pour parvenir à cette fin souhaitable sont nombreux. Les organisations susdites n'ont aucun scrupule et n'hésitent jamais à utiliser des boucliers humains, et la complicité de journalistes occidentaux toujours prêts à décompter les cadavres n’arrange rien.

 

Israël est d’ores et déjà condamné par nombre de journalistes et de politiciens occidentaux, et un surcroit de morts arabes, même si parmi les morts il y avait une écrasante majorité de terroristes, entraînerait des condamnations très vastes.

 

Les milices islamiques placent leurs caches d’armes sous des écoles, des hôpitaux et des mosquées, et les détruire impliquerait de toucher les lieux concernés, ce qui vaudrait à Israël d’être accusé de bombarder des institutions civiles.

 
Par ailleurs, même si les organisations terroristes gazaties étaient détruites, resterait une population de Gaza haineuse et fanatisée, quasiment ingérable par les autorités israéliennes.

 

On peut craindre aussi que l’Iran, qui finance les milices et souhaite un embrasement, ferait entrer en action le Hezbollah si embrasement il y avait, et espérerait ainsi trouver des moyens de desserrer l’étau qui l’asphyxie présentement. Téhéran désire provoquer la colère du monde arabe à même de faire dérailler le plan de paix israélo-arabe élaboré en ce moment par l’administration Trump.

  
Gaza est un abcès purulent au sud d'Israël. Crever l'abcès sera complexe et difficile. La décision d'Ariel Sharon de quitter Gaza et de contraindre les habitants israéliens du Gush Katif à partir ne cesse d’apparaitre comme une décision malheureuse.

 

Il se dit à Washington que l'un des paramètres du plan de paix élaboré par l’administration Trump impliquerait de confier Gaza à l’Egypte, qui occupait Gaza jusqu'en 1967, ce qui permettrait à l'Egypte de régler le problème des groupes islamiques à Gaza à l’égyptienne. Les armées arabes sont traitées avec bien moins de suspicion que Tsahal dans le monde occidental, même si elles sont  très brutales.

 

Nul ne sait si le paramètre sera retenu et recevra l'agrément du gouvernement israélien, mais c’est un paramètre digne d’intérêt.

 

Il est absolument évident que l'abcès doit être crevé.

 

L'attitude des journalistes occidentaux et de dirigeants européens qui présentent la population arabe de Gaza comme un ensemble de victimes d'Israël est obscène.

 

Les victimes de la situation qui règne à Gaza sont essentiellement israéliennes.

 

Elles incluent aussi les Arabes de Gaza, qui sont victimes non pas d’Israël mais du lavage de cerveaux islamique qu’ils subissent depuis bien trop de temps.

 

Comme le dit mon ami David Horowitz, le peuple palestinien est le premier peuple inventé et modelé pour être une arme de destruction massive tournée contre un autre peuple. La population de Gaza est aujourd’hui la pointe avancée de cette intention abjecte : le “peuple palestinien”.

 

 
By YinonSys