Le racisme rend idiot (info # 022101/19)
lundi, 21 janvier 2019

 

Par Ilan Tsadik

 

Etonnement, ce lundi matin, en procédant à ma revue de presse quotidienne. Je suis tombé sur un article du Monde, "avec AFP et Reuters publié aujourd’hui à 01h33, mis à jour à 09h56" qui fera date et qui constituera à n’en point douter un morceau d’anthologie dans les annales du journalisme.

 

Une dépêche censée revenir sur les affrontements de cette nuit entre Tsahal, d’une part, les Syriens et les Iraniens, de l’autre.

 

Juste sous le titre "Syrie : des frappes israéliennes menées sur des cibles iraniennes", une photo de guerre saisissante signée Jalaa Marey de l’AFP, montrant des soldats israéliens en plein combat face à leurs ennemis sur le mont Bental, dans le nord du plateau du Golan [carte].

 

Mentionnant la légende idoine :

 

bental1.jpg

"Des soldats israéliens au mont Bental, territoire occupé, le 20 janvier. JALAA MAREY / AFP"

 

Tous les prétextes sont toujours bons pour rappeler que le Golan est un "territoire occupé" par Israël. Toujours cette discrimination à caractère raciste, qui pousse ces journaleux français à omettre la même mention lorsqu’il s’agit de qualifier les occupations turque, russe, iranienne, libanaise en Syrie. C’est vrai que ceux-là ne sont pas juifs.

 

marey.jpg

Marey, un reporter de guerre de l’AFP,

toujours prêt à risquer sa vie pour l’amour de notre métier

 

Mais là n’est pas la question, ce matin, ou presque pas. Car les soldats de Tsahal courageusement lancés à l’assaut des positions ennemies, ce 20 janvier 2019, sont en fait des… statues ! De simples silhouettes plates découpées dans des plaques de tôle.

 

bental2.jpg

Des silhouettes plates découpées dans du métal de récup

 

Et pas des œuvres hyperréalistes, naan, de simples profils plats, construits par le sculpteur Joop de Jong avec du métal de récupération. De Jong, d’origine néerlandaise, est membre du kibboutz Merom Golan tout proche, et il a réalisé cette fiction peu après son arrivée, dans les années 70.

 

Ban, on a beaucoup travaillé cette nuit et on ne va pas se lancer dans une nouvelle enchère de superlatifs : Jalaa Marey est simplement un faussaire, stipendié par un employeur médiocre, à nouveau surpris en flag de mise en scène de l’actualité.

 

Sauf que sur ce coup, ils sont désopilants.

 

Précision : Jalaa Marey ne peut pas avoir été trompé par la perspective, car il est nécessaire de s’approcher des statues pour les photographier. Je les connais très bien, elles se trouvent près du sommet du mont Bental, un volcan éteint, et il n’est pas possible de les photographier depuis une voiture.

 

bental_map.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

 

La question qui se pose est : de qui se moque Marey ? De son employeur ? Du Monde ? Des millions de consommateurs de nouvelles de l’AFP, régulièrement abusés par les fausses informations de l’agence de presse gouvernementale française, que l’on accuse souvent d’être la porte-parole de Quai d’Orsay et de sa "politique arabe de la France".

 

C’est tout, mais c’est monumental. On va voir, par simple curiosité, si Le Monde et l’AFP publient un correctif d’excuses à l’intention de leurs lecteurs. Parce que l’on n’a pas le droit de se foutre de ses clients de la sorte ! En riant à l’avance, d’imaginer l’explication qu’ils pourraient leur fournir.

 

On va voir aussi si Jalaa Marey se fait virer par l’AFP, parce que si un reporter ne se fait pas licencier après cela, c’est que tout est permis dans le métier.

 

Même envoyer des statues à la guerre pourvu que l’on fustige Israël ?  

 

 
By YinonSys