IsraŽl et líaxe iranien : la tension monte encore (022508/19)
dimanche, 25 aoŻt 2019

 

newmena.jpg


© Metula News Agency

 

Dimanche, 23h25 à Métula, 22h25 à Paris

 

Ce dimanche soir à 21h04 les milices islamiques de Gaza ont tiré trois roquettes sur Israël. Deux étaient dirigées sur Sdérot et ont été interceptées par le Dôme de Fer, une troisième est tombée sur une route du pourtour de l’enclave palestinienne.

 

Il n’y a ni blessés ni victimes côté israélien, mais un concert en plein air à Sdérot a dû être interrompu, le public étant prié de rentrer chez lui.

 

De plus, la troisième Katioucha a allumé un important feu de broussailles face auquel les pompiers sont à pied d’œuvre.

 

Il n’y a pas eu de riposte israélienne à ces tirs spontanés (non-provoqués par un événement antérieur), mais cela ne saurait tarder. Ceci dit, Israël pratiquera par une frappe volontairement limitée afin de ne pas donner lieu à un embrasement généralisé.

 

Selon les spécialistes de la Ména, la milice responsable de ces tirs est probablement le Djihad islamique, qui est pratiquement inféodée à Téhéran et financée par les ayatollahs.

 

Le but de la "République" Islamique d’Iran est de donner l’impression d’une coordination entre le Hezbollah au Liban et les milices islamiques de Gaza. Les tirs se sont produits durant un discours particulièrement belliqueux du chef du Hezb., Hassan Nasrallah.

 

De l’avis du correspondant permanent de la Ména à Sdérot, Ilan Tsadik, le Hamas n’a cependant pas participé à l’agression de ce soir.

 

Toujours pendant l’allocution télévisée de Nasrallah (retransmise en direct à partir d’un lieu tenu secret, car depuis 2006 le Sayyed (maître, seigneur) n’a jamais paru en public par crainte d’une élimination ciblée israélienne) un drone a atomisé deux véhicules transportant des miliciens chiites irakiens supplétifs de l’Armée iranienne.

 

qam.jpg

L’épave de l’un des deux véhicules anéantis sur la frontière Irak-Syrie

 

La neutralisation s’est produite sur la frontière entre la Syrie et l’Irak près de la localité de Qaim et a causé la mort de neuf combattants affiliés aux Hachad al-Chaabi, les Forces de la Mobilisation Populaire. Ces dernières, de même que de nombreux media arabes, dont al Mayadeen (les places) diffusant depuis Beyrouth au service du Hezbollah et de l’Iran, attribuent l’opération à l’Etat hébreu. Selon ces sources, le chef des Hachad al-Chaabi aurait été tué lors de l’attaque.

 

La situation dans la région est extrêmement tendue depuis la tentative des Gardiens de la Révolution khomeyniste (Pasdaran) d’hier d’envoyer des hélicoptères télécommandés chargés d’explosifs sur Israël à partir de la Syrie.

 

Cette opération avortée était censée venger les récentes destructions de matériel et de commandos iraniens en Irak lors de plusieurs raids vraisemblablement israéliens.

 

Les Pasdaran étaient appuyés par des miliciens libanais du Hezbollah. Ils ont été empêchés de porter leur plan à exécution par une attaque préventive à large échelle de l’Aviation israélienne. L’intervention du Khe’l Avir a fait de nombreux morts et blessés dans les rangs ennemis et a occasionné d’importants dégâts matériels.

 

Depuis, deux autres mystérieux hélicoptères télécommandés mais non-armés se sont écrasés sur la banlieue chiite du Sud de Beyrouth. Nasrallah ainsi que le président du Liban, Michel Aoun, ont accusé Israël d’avoir envoyé ces drones.

 

droneb.jpg

Les restes de l’un des deux quadricoptères à s’être écrasés sur la banlieue-sud

 

En fait, selon Jean Tsadik qui a analysé les photographies de ces engins, il ne s’agit assurément pas de matériel d’origine israélienne mais d’appareils iraniens notamment utilisés par les Houthis au Yémen.

 

Hassan Nasrallah a promis la guerre aux Libanais sans avoir en aucune manière l’autorité pour engager le pays aux cèdres dans un conflit.

 

En Israël Tsahal est en état d’alerte. Plusieurs batteries du Dôme de fer ont été déployées dans le Doigt de la Galilée mais également à Haïfa et dans d’autres localités du rivage méditerranéen.

 

Ce qui n’a pas empêché tous les sites touristiques israéliens proches de la frontière libanaise de faire le plein de visiteurs ce weekend. Des vacanciers visiblement pas très impressionnés par les menaces de Nasrallah et des ayatollahs perses.

 

 
By YinonSys