Grosses frappes (probablement) israéliennes sur la frontière syro-irakienne (012612/19)
mercredi, 25 décembre 2019

 

newmena.jpg

 

Mercredi-jeudi, 01h31 à Métula, 0h31 à Paris

 

Ce mercredi soir, la Ména confirme plusieurs attaques aériennes attribuées à Israël par l’Iran et la Syrie dans la région frontalière entre la Syrie et l’Irak.

 

La cible principale de ces raids aux missiles lancés par des avions était la brigade 47 de l’Armée iranienne, comptant également des miliciens chiites irakiens et du Hezbollah libanais.

 

De violentes explosions ont été perçues par des témoins oculaires dans le quartier d’al J’mayat de la ville frontalière d’Abou Kamal (Syrie) où se situe le Q.G de la 47ème brigade.

 

La Ména annonce également en exclusivité qu’une base iranienne en Irak, dans laquelle étaient stockés des missiles, a été visée et totalement détruite.

 

Michaël Béhé est parvenu à s’entretenir avec un médecin de l’hôpital d’Abou Kamal, lequel a décrit ces derniers raids comme "apocalyptiques" au niveau "du bruit des détonations et de l’ampleur des dégâts constatés".

 

Sans être capable de fournir à Michaël Béhé un bilan humain précis de ces frappes, le praticien lui a déclaré avoir personnellement dénombré treize cadavres, ainsi qu’une "trentaine de combattants blessés, dont une grande part ne passera pas la nuit".

 

Ces éléments de bilan n’incluent pas le raid en Irak, dont nous avons pris connaissance par des media locaux proposant des récits concordants.

 

Les Perses avaient déjà été fortement ébranlés par les opérations de dimanche à Damas. La radio d’Etat syrienne, captée par Jules Mazouz, a cité ce soir une source officielle iranienne "promettant qu’Israël le regrettera", en parlant des opérations de ce mercredi.

 

D’autre part, un Mig-29 de l’Armée de l’air iranienne s’est écrasé contre le sommet du mont Sablan, dans la province d’Andabil, au nord-est de l’Iran. Le pilote a été tué. On ignore si la perte de cet appareil est due à un affrontement ou si elle est le résultat d’un accident.

 

Et aussi : les terroristes islamiques palestiniens de Gaza ont tiré une roquette mercredi soir sur Ashkelon, au moment précis où le Premier ministre intérimaire Binyamin Netanyahu prononçait un discours électoral dans cette ville.

 

M. Netanyahu a été immédiatement évacué vers un abri. La roquette palestinienne a été interceptée par le Dôme de Fer.

 

En réponse à cette agression spontanée (non précédée d’activités offensives de l’Armée israélienne), l’artillerie de Tsahal a bombardé une position du Hamas près de la ville de Bet Lahiya, à l’extrémité septentrionale de la bande de Gaza. Probablement la position d’où avait été tiré le projectile sur Ashkelon.

 

Des media du Hamas ont fait état de frappes du Khe’l Avir sur l’enclave côtière, ce que nous ne confirmons pas. Nous pensons que la réplique principale de l’agression d’Ashkelon est encore à venir.

 

Ces évènements se déroulent alors que toute la région est plongée dans une véritable tempête météorologique depuis 24 heures. Une tempête qui va se poursuivre durant les jours à venir. Les prévisions font état de possibilité de chutes de neige sur les hauteurs d’Israël, donc également à Métula, où notre rédaction est située à 600 mètres d’altitude.

 

Il neige abondamment sur le mont Hermon, y compris sur la portion inférieure des remontées mécaniques.

 

 
By YinonSys