Raid sur Damas : développements (022704/20)
lundi, 27 avril 2020

 

Ont collaboré à cet article : Michaël Béhé, Stéphane Juffa, Jules Mazouz, Yoshua Ohana et Jean Tsadik

 

Métula, lundi 15h00, 14h00 à Paris

 

Le raid de l’aube attribué à Israël a visé (par recoupement de diverses sources que nous sommes en mesure de confirmer) un site militaire secret utilisé à la fois par les Pasdaran [les Gardiens de la "Révolution" khomeyniste] et l’Armée gouvernementale syrienne.

 

Ce site est situé dans le quartier d’al Moadamyeh al Cham [ara. : "le gouvernorat de Syrie", couramment appelé simplement le gouvernorat : "al Moadamyeh"][cercle rouge et jaune sur la carte] à Damas, non loin de l’aéroport de Mezzé [cercle rouge], dans l’ouest de la capitale syrienne.

 

al_moadamyeh_map.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Base : Google Earth Pro

 

Selon nos sources, une intense activité avait été observée ces dernières 24 heures sur cet emplacement. Des Pasdaran s’apprêtaient à lancer sur Israël des drones-suicide, des engins téléguidés emplis d’explosifs qui s’abattent sur une cible ; contrairement aux drones lanceurs de missiles, le plus souvent utilisés par les Israéliens et les Américains. Ces derniers étant censés rentrer une fois leur mission accomplie et sont réutilisables.

 

Le site d’assemblage des drones à al Moadamyeh est si près de la piste 06 (sur un axe nord-est, les chiffres 06 peints en entrée de piste signifiant en aéronautique : orienté au 60 degrés sur une boussole) de l’aéroport de Mezzé, pratiquement en bout de piste, qu’il n’aurait fallu que quelques minutes pour les préparer au décollage.

 

Les Syro-iraniens entendaient sans doute effectuer un coup d’éclat à l’occasion des commémorations du Jour du Souvenir et du Jour de l’Indépendance en Israël.

 

L’objectif visé par le Khe’l Avir, l’Armée de l’air israélienne, a été totalement détruit et il y a de nombreux morts iraniens et syriens sur l’objectif ; une quinzaine au moins et des blessés, selon Michaël Béhé, qui a pu s’entretenir téléphoniquement avec deux témoins à Damas.

 

Tous les missiles antimissiles syriens ont manqué (de beaucoup) leurs cibles mais des éclats de certains d’entre eux (ils explosent en vol) sont retombés sur des zones peuplées de la ville et on tué et blessé plusieurs civils dont des enfants.

 

damaseclat.jpg

Des dégâts ce matin à Damas

On peut déduire de par le genre, l’étendue et l’environnement civil des dommages qu’ils

ont été causés par les retombées d’un missile d’interception syrien et non un engin israélien

 

Ils semble que les appareils israéliens ont lancé leurs missiles à partir de l’est du territoire libanais, pendant que d’autres chasseurs-bombardiers attendaient sur le Doigt de la Galilée, volant à basse altitude pour se prémunir des radars et des missiles ennemis, prêts à parer à toute éventualité en cas d’échec du raid initial. Il était évidemment impensable de laisser ces menaces imminentes intactes.

 

Selon des sources nombreuses mais invérifiables, le Renseignement russe aurait aidé son homologue israélien à préparer cette opération. Ce qui est certain est que la presse moscovite a fait état cette semaine d’une grande tension entre Vladimir Poutine et Bashar al Assad, le président russe accusant le dictateur-président syrien de nager dans la corruption. Reste que le Kremlin utilise très souvent des prétextes de ce genre afin de dissimuler des ajustements stratégiques voire des changements de politique.

 

La situation est actuellement normale dans tout le nord de l’Etat hébreu et particulièrement sur le Doigt de la Galilée et à Métula. En fin de ce lundi après-midi et jusqu’à jeudi matin le couvre-feu sera décrété dans tout le pays dans le but d’empêcher les attroupements à l’occasion des deux jours de cérémonies à venir.

 

 

 

 
By YinonSys