Raid à l’aéroport de Damas : Israël détruit une cargaison d’armes arrivée le jour même
mercredi, 17 mars 2021

 

© Metula News Agency

 

Michaël Béhé, Stéphane Juffa et Jules Mazouz ont participé à la rédaction de cet article

 

Métula, mercredi matin.

 

Durant la nuit dernière [mardi à mercredi], à partir de 22h35 en Israël et en Syrie, le Khe’l Avir, l’Aviation israélienne a lancé cinq raids à partir du Golan visant le périmètre de l’aéroport international de Damas.

 

Les chasseurs-bombardiers à l’étoile de David attaquaient une cargaison d’armes arrivée mardi matin à 11h de Téhéran par un vol cargo de la société Fars Qeshm Air, nationalisée au service de Gardiens de la Révolution khomeyniste, les Pasdaran.

 

Juste après l’atterrissage, les soldats iraniens et les miliciens à leur service s’étaient empressés de transférer les conteneurs aériens dans plusieurs entrepôts temporaires discrets de la périphérie de l’aéroport. Leur projet consistait à dispatcher leur contenu à partir de ce mercredi matin aux quatre coins de la Syrie ainsi qu’entre les mains de la milice terroriste du Hezbollah au Liban.

 

damas_city_map__intl_airport_1500pi.jpg

La situation de l’aéroport international dans la cité de Damas

Service cartographique © Metula News Agency

Source : Google Earth Pro

 

Deux témoins joints pas téléphone par Michaël Béhé ont déclaré que certains conteneurs utilisés appartenaient à l’ONU et à la société de courriers rapides DHL, probablement dérobés par les Iraniens afin de dissimuler la nature de leur contenu.

 

Le chargement a été réparti dans trois dépôts, situés entre 200 et 300 mètres de l’aire de déchargement utilisée par l’Armée iranienne.

 

Tous les dépôts ont été atteints, occasionnant une seconde explosion significative démontrant que la cargaison comportait également des produits explosifs, probablement du carburant et des ogives de missiles.

 

Jules Mazouz a également suivi, durant la même journée de mardi, deux vols cargos en provenance d’Iran opérés par une autre compagnie perse, Mahan Air, ainsi que par un appareil de l’Armée de l’air syrienne.

 

Il est possible que leur chargement était stocké au même endroit que celui de Fars Qeshm Air et a subi le même sort. Mais la Ména ne dispose pas d’informations détaillées concernant ces deux autres vols.

 

Des sources confidentielles nous indiquent que tous les objectifs ont été visés et détruits, que tous les missiles air-sol ont atteint leur but et que les appareils ont regagné leurs bases intacts.

 

Les sources gouvernementales syriennes qui ont annoncé le raid ont à nouveau indiqué que l’Armée de Bashar al Assad avait "abattu la plupart des missiles ennemis". C’est totalement faux et les media qui rapportent ces fadaises se moquent de ceux qui les consultent.

 

Les sources interrogées par Michaël Béhé ont fait état d’une activité de la DCA [Défense Contre Avions] plus intense qu’à l’accoutumée, occasionnant un immense feu d’artifice dans la campagne autour de la capitale syrienne.

 

La Ména remarque une nouvelle fois que les militaires du régime syrien n’étaient pas présents à proximité des entrepôts abritant les armes iraniennes. Ce qui fait que c’est au moins le quatrième raid israélien consécutif lors duquel aucun militaire ou civil syrien n’a été blessé.

 

Quelques dizaines de miliciens chiites supplétifs des Pasdaran étaient quant à eux présents sur les lieux. Les riverains de l’aéroport ont entendu les sirènes de plusieurs ambulances après le raid, mais Michaël Béhé n’a pas été en mesure de recueillir des bilans humains dans les hôpitaux damascènes.

 

Il apparaît d’une part que les consignes de silence assignées au personnel médical se sont renforcées dernièrement, et de l’autre, que la discipline dans ce domaine a toujours été mieux respectée dans les hôpitaux de la capitale que dans ceux de province.

 

A Métula on observe ces derniers mois une médiation russe extrêmement active destinée à persuader les armées israélienne et syrienne de ne pas s’affronter. L’un des effets de ces efforts est la recherche par des unités russes spécialisées des restes du maître espion israélien Elie Cohen, pendu en place publique de Damas le 18 mai 1965. Les nombreuses demandes précédentes de restitution de la dépouille d’E. Cohen présentées par les Israéliens depuis 56 ans avaient été rejetées.

 

Les aviateurs qui ont mené les attaques de cette nuit ont sans doute redoublé de précautions pour ne pas blesser des militaires syriens, ce qui aurait pu influer négativement sur cette tentative de rapatriement des restes d’Elie Cohen.

 

Nous rappelons aussi que la Présidence syrienne avait communiqué le 8 mars dernier, annonçant que Bachar al Assad et son épouse Asma avaient été testés positifs au Coronavirus après avoir ressenti les symptômes caractéristiques de la maladie. A en croire cette source, ils seraient dans un état stable.

 

La maladie du président-dictateur ralentit naturellement le processus de rapprochement engagé par Vladimir Poutine, mais la détermination du Tsarévitch d’exclure la Syrie et Israël du cercle des pays en guerre n’en a pas diminué pour autant. Son intention consiste à engager les deux pays dans une dynamique de normalisation de leurs relations, afin que le régime alaouite puisse être réadmis dans le giron arabe. Moscou jugeant qu’à terme, le régime des ayatollahs n’est pas viable, et que l’avenir de la Syrie se situe aux côtés des Etats arabes. 

 

Des canaux de communication existent désormais entre les responsables militaires et politiques syriens et israéliens, nous n’avons aucun doute à ce sujet.

 

Nous observons que le dernier raid en Syrie attribué à Israël dont nous avons eu connaissance et dont nous avons relaté les péripéties s’est déroulé le 28 février dernier. Il avait également touché la région de Damas, mais un peu plus au Sud, dans la zone hautement militarisée d’al Kissweh.

 

Nous sommes convaincus que les Russes tentent de réduire la répétitivité des attaques du Khe’l Avir en Syrie en échange d’une réduction par Assad des approvisionnements iraniens ainsi que d’une prise de contrôle de leur fréquence.

 

 
By YinonSys