Le périmètre situé entre Damas et Israël visé ce matin par un raid de Tsahal (010311/21)
mercredi, 03 novembre 2021

 

© Metula News Agency


Mercredi matin à Métula et à Séguret dans le Vaucluse, un des plus beaux villages de France, au pied du château de Montmirail

 

Très tôt, à minuit cinquante-huit ce mercredi matin, des appareils israéliens ont lancé des missiles à partir du Golan sur divers objectifs de la périphérie de Damas.

 

L’organe du pouvoir, l’agence SANA, a rapporté qu’Israël avait notamment frappé une position dans le village de Zakyah [carte].

 

zakyah_map.jpg

La carte de la zone du raid

Service cartographique © Metula News Agency

 

Zakyah est situé à 13km au sud-ouest de Damas en direction du Golan, ainsi qu’à 27km à l’est de la frontière israélienne et 54km de notre rédaction de Métula dans la même orientation.

 

Ce bourg se trouve à équidistance – 4.5km - entre l’autoroute no.7 qui conduit en Israël et la M5, qui mène à Deraa et en Jordanie. Des voies de communication stratégiques.

 

A cet endroit, nous sommes en plein dispositif de l’Armée syrienne face à Israël, dans la zone l’al-Kisweh – à 3km à l’est de Zakyah -, maintes fois prise pour cible par Tsahal.

 

Cette région abrite plusieurs grandes bases militaires et des quartiers généraux divisionnaires des gouvernementaux.

 

A l’intérieur et autour de ces installations la Syrie a permis le déploiement des Gardiens de la Révolution khomeyniste [Pasdaran], de leurs supplétifs chiites venus de plusieurs autres pays, du Hezbollah libanais, sans oublier des milices d’organisations terroristes (et classées comme telles par les principales institutions internationales) palestiniennes.

 

Ici, entre Damas et Israël, on trouve principalement des casernes, des positions d’artillerie, des batteries de missiles divers et des entrepôts de campagne.

 

C’est-à-dire des stocks d’armes et de munitions nécessaires pour s’opposer militairement à l’Etat hébreu.

 

A la Ména nous pensons que les positions ciblées et oblitérées cette nuit sont des déploiements de missiles et des concentrations de combattants.

 

Il se peut que ces frappes soient intervenues afin de déjouer une opération offensive imminente prévue par l’Iran et ses supplétifs.

 

Trois ou quatre de ces positions ont semble-t-il été détruites. Les gouvernementaux syriens admettent des dégâts matériels mais ne mentionnent pas de pertes humaines.

 

Ils ne commettent pas non plus cette fois l’affront à notre intelligence de prétendre avoir "repoussé" nos missiles.

 

Les bilans de la Propagandastaffel d’al Assad ne sont pas fiables. Ainsi, lors du raid de dimanche dernier, lors duquel on sait qu’une quinzaine d’ennemis ont perdu la vie, ceux-ci n’ont pas été déclarés par la communication de la dictature alaouite.

 

Nous ne savons pas pour le moment si des personnels ont été blessés lors des attaques de cette nuit ; mais, vu leur nature, il nous étonnerait fortement que ce ne soit pas le cas.

 

 
By YinonSys