Israël riposte lourdement à une tentative d’attaque depuis la Syrie (012407/20) Version imprimable
vendredi, 24 juillet 2020

 

Metula, 01h00 à Métula, 00h00 à Paris

 

A 22h00 heure locale ce vendredi des hélicoptères Apaches [a-pa-tchi] du Khe’l Avir, l’Aviation israélienne, sont intervenus dans le nord du Golan syrien autour de la ville de Hader [5 000 hab.].

 

Plusieurs objectifs ont été visés et détruits lors de l’attaque confirmée par le porte-parole de Tsahal. Il s’agit de positions d’observation de l’Armée gouvernementale syrienne ainsi que de l’alliance entre le Hezbollah libanais et les Gardiens de la "Révolution" khomeyniste iranienne, les Pasdaran. Des incendies faisant suite à des tirs de missiles des Apaches font actuellement rage à Hader.

 

apache.jpg

Un hélicoptère d’attaque Apache du Khe’l Avir

 

Deux vidéos impressionnantes de l’attaque israéliennes :

https://twitter.com/i/status/1286767544280453122

https://twitter.com/i/status/1286757975672135680

 

Ce raid est la réponse au tir spontané (non provoqué par une activité offensive israélienne) d’une roquette ou d’un obus de mortier ce vendredi matin à partir de Hader en direction de la ville israélienne-druze de Majdal Shamas [11 000 hab] [carte]. Le projectile en provenance de Syrie a explosé tout près de la frontière et des débris avaient atteint et légèrement endommagé une maison privée d’habitation ainsi qu’un véhicule automobile.

 

carte.jpg

La carte de la région

Service cartographique © Metula News Agency

 

Le quartier de Majdal Shamas où l’incident s’est produit est littéralement adossé au grillage de la frontière.

 

Les positions depuis lesquelles ce tir avait été effectué ont été oblitérées.

 

L’attaque de ce matin est étonnante vu que les habitants de Hader sont druzes et ceux de Majdal Shamas également. Les deux villes sont distantes de 4km l’une de l’autre et de nombreuses familles des deux agglomérations ont d’étroits liens de parenté.

 

D’ordinaire, les Druzes ne tirent pas sur les Druzes, quel que soit le pays dont ils sont citoyens et les circonstances. Ce matin, la frappe sur Majdal Shamas ne pouvait être qu’intentionnelle car il n’existe aucune autre agglomération ou camp militaire à proximité immédiate de cette ville.

 

Hader est l’une des seules communautés druzes à être hostiles à Israël. Au début de la Guerre Civile syrienne, les habitants faisaient partie de la résistance des populations du Golan syrien contre le régime de Bashar al Assad. Ils ont ensuite changé de camp et sont encadrés et armés par le Hezbollah et des officiers de l’Armée  régulière iranienne.

 

L’organisation qu’ils ont formées s’appelle les "Dossiers du Golan", elle compte quelques dizaines de membres. Elle était commandée par Imad Mourgnieh, l’ex-chef militaire du Hezbollah libanais, tué dans l’explosion de sa voiture à Damas le 12 février 2008, et par un terroriste tueur d’enfants Samir Kountar, éliminé dans un appartement à Damas lors d’une frappe ciblée du Khe’l Avir, le 19 décembre 2015.

 

Hader se trouve à 23km à vol d’oiseau de notre rédaction à Métula [2 500 hab.].

 

Personne n’a été blessé lors de l’agression gratuite de ce matin. En revanche, la riposte de ce soir a généré des morts et des blessés dans l’Armée gouvernementale syrienne ainsi que dans les rangs des "Dossiers du Golan". Nous espérons obtenir des précisions à ce sujet car la Ména dispose d’un relai à Hader.  

 

hit.jpg

Une frappe lourde de la part d’Israël ce soir,

le message véhiculé : "Touche pas à mon territoire !"

 

Ce vendredi, l’hypothèse a été envisagée que le tir du projectile sur Majdal Shamas constituait la riposte annoncée du Hezbollah suite au décès de l’un de ses responsables lors du raid sur l’aéroport de Damas en début de semaine.

 

Ce postulat partait du principe que l’organisation terroriste chiite libanaise cherchait à frapper symboliquement l’Etat hébreu, à la demande de ses patrons iraniens, en évitant de faire des victimes afin de ne pas déclencher un nouveau conflit avec Tsahal.

 

De la part de Tsahal, les représailles disproportionnées de ce vendredi soir sont là pour signifier à l’ennemi qu’Israël ne tolérera aucune activité hostile de sa part, et que pour elle il n’existe pas de "petite agression" ou d’agression acceptable.

 

La situation est calme dans le Doigt de la Galilée et dans le Golan israélien. Tsahal a décidé d’interdire les vols civils à une distance de 6km du Liban ainsi que l’accès à des champs et des vergers trop exposés aux tireurs du Hezbollah. Dans les faits, il n’y a que l’aéroport de Kiryat Shmona, à 11km de la rédaction, qui est concerné par la décision de limiter les vols.