Journée d’affrontements à Gaza. Netanyahu sans solution (010405/19) Version imprimable
samedi, 04 mai 2019

 

Par Ilan Tsadik

 

22h45 samedi à Metula, 21h45 à Paris.

 

Depuis 10h environ ce samedi, les organisations terroristes islamiques palestiniennes de Gaza, principalement le Hamas et le Djihad Islamique qui sont sous commandement unifié, arrosent de bombes les agglomérations israéliennes à l’est et au nord de la bande côtière, jusqu’à Kiryat Gat et Ashkalon [et Ashdod, depuis 22h].

 

Jusqu’à 22h15 locales, les milices islamistes ont tiré plus de 240 roquettes, la plupart étant interceptées par le Dôme de Fer.

 

Plusieurs maisons ont été touchées dans le Néguev où l’on dénombre 41 blessés, dont 2 sont dans un état jugé préoccupant, 24 sont légèrement touchés, et 15 sont en état de choc. 18 d’entre eux reçoivent des soins et 4 sont hospitalisés.

 

Il est à relever que cette nouvelle agression est spontanée et n’a été précédée d’aucune provocation israélienne.

 

De son côté, Tsahal a détruit 120 objectifs dans l’enclave palestinienne, tout en suivant le même mode opératoire qu’en 2018, celui qui consiste à éviter les pertes humaines chez l’adversaire.

 

L’intensité de la riposte israélienne a quelque peu augmenté en fin d’après-midi lorsque l’Armée a oblitéré un tunnel du Djihad islamique qui aboutissait dans le territoire de l’Etat hébreu. Autre preuve de cette accentuation de la riposte de Tsahal, il y a près de deux heures et demi de cela, un immeuble de six étages qui abritait des activités du Hamas a été réduit à un tas de gravats.

 

sixgaza.jpg

L’impact contre le bâtiment de six étages dans le quartier de Rimel, à l’ouest de

Gaza-city. Dans cette construction destinée à un usage civil, le Hamas avait déployé

son commandement du Renseignement militaire ainsi que celui de sa sécurité générale

 

Cette frappe a été précédée de l’avertissement que nous appelons "toc-toc" et qui consiste en un tir d’un petit missile inoffensif sur le toit du bâtiment qui va être attaqué peu après. Cette procédure permet aux habitants de quitter les lieux et de se mettre à l’abri.

 

Au Caire, où les chefs du Hamas ont été instamment invités à se rendre par le Renseignement égyptien, des consultations en vue d’aboutir à un énième cessez-le-feu sont en cours.

 

Vers 20h05 environ, après la destruction des bureaux du Renseignement militaire, le Hamas et le Djihad Islamique ont fait part de leur intention d’élargir le champ de leurs bombardements aux villes d’Ashdod et de Beersheva. Jusqu’à présent, aucun projectile n’est tombé sur ces localités.

 

En revanche, une roquette s’est abattue sur une maison de la cité d’Ofakim, à 13km au nord-ouest de Beersheva. La demeure était inoccupée au moment du tir.

 

Pour le moment, contrairement à la dernière confrontation qui s’était déroulée au mois de janvier, le gouvernement israélien sortant n’a pas pris la décision de déployer des renforts de chars et d’artillerie face à la bande côtière, sans doute dans un souci d’ "apaisement". Une manière de dire à l’ennemi que l’on n’a pas l’intention de procéder à une opération terrestre, à moins, bien sûr, qu’il nous y contraigne.

 

Tous les rédacteurs-reporters de la Ména en Israël et dans l’Autorité Palestinienne sont à pied d’œuvre sur le terrain afin de vous retranscrire les péripéties de cette troisième agression des terroristes islamiques palestiniens depuis novembre dernier.

 

minaretgaza.jpg

Pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi Tsahal est parfois obligé de

tirer sur des mosquées

 

Quant au Premier ministre Binyamin Netanyahu, il ne semble pas saisir qu’il n’est pas acceptable de laisser l’initiative à des organisations comme les Hamas et le Djihad Islamique de terroriser lorsqu’elles le désirent et à moindre coût tous les habitants du sud d’Israël.

 

Netanyahu permet ainsi à une routine extrêmement dangereuse de s’installer. Une situation à répétition dans laquelle il ordonne à Tsahal de ne pas lâcher les chevaux. Il semble qu’aucun changement ne soit en vue dans l’absence stratégique qui caractérise le chef de notre gouvernement. A moins, bien sûr, que l’une des roquettes islamiques ne provoque une catastrophe ou qu’elle tombe sur… la région de Tel-Aviv.

 

ddf.jpg

 

A propos de la situation qui prévaut, j’ai arraché à mon père Jean Tsadik quelques remarques d’ordre stratégique :

 

Aucun gouvernement d’un Etat respectable ne signe des cessez-le-feu avec des organisations terroristes. Particulièrement lorsque celles-ci bombardent ses villes

 

Aucun gouvernement d’un Etat respectable ne laisse des organisations terroristes bombarder ses administrés lorsqu’il détient les moyens de s’y opposer 

 

Aucun gouvernement d’un Etat respectable ne cède l’initiative militaire à une organisation terroriste

 

Aucun gouvernement d’un Etat respectable n’accepte de soumettre la majeure partie de sa population à la menace d’organisations terroristes.

 

J’ai toujours soupçonné mon père d’être un gauchiste.

 

Un second immeuble vient d’être anéanti à Gaza. Il abritait une autre aile du Renseignement militaire du Hamas. Son activité dans le bâtiment était sécurisée par la présence des bureaux d’Anadolu, l’agence d’information du régime de Recep Erdogan. La Turquie a émis une protestation après l’éradication de l’édifice.

 

A 22h locales, l’alerte rouge a été déclenchée à Ashdod et le Dôme de Fer est entré en action.