L’Armée de l’Air israélienne frappe encore à Damas (info # 012202/17) Version imprimable
mercredi, 22 février 2017

 

© Metula News Agency

 

Selon des sources médiatiques arabes concordantes au Liban et en Syrie, des chasseurs-bombardiers israéliens [probablement des F-16] auraient attaqué, vers 3 heures ce matin, des objectifs proches de la ville d’al Kutayfah, à 15km au nord-est de la capitale syrienne.

 

A en croire les mêmes sources – la Ména n’a pas encore été en mesure de recueillir le témoignage d’observateurs oculaires – les cibles visées étaient des bunkers de la 3ème division blindée syrienne, dont le quartier général se situe effectivement dans les montagnes autour d’al Kutayfah et dans les positions creusées dans leur roche.

 

Ces fortins servent également d’entrepôts protégés de stockage pour les armes et munitions en provenance d’Iran destinées au Hezbollah libanais.

 

Six missiles auraient été tirés par les appareils du Khe’l Avir ; nous pensons qu’ils visaient les armes en question, soit dans leurs bunkers, soit pendant qu’elles étaient transférées sur des camions (plus faciles à détruire), soit, encore, alors qu’elles se trouvaient déjà sur les routes reliant la Syrie au Liban tout proche.

 

Plusieurs témoins libanais dignes d’intérêt de la plaine de la Bekaa au Liban ont déclaré aux media arabes avoir entendu les avions israéliens tournoyer à basse altitude, une demi-heure durant, sur la ville de Baalbek avant le raid.

 

kutayfah_small.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

 

Il se peut qu’ils attendaient le moment le plus opportun pour intervenir en Syrie toute proche. Dans la plupart des cas, les chasseurs-bombardiers auraient également pu lancer leurs missiles à partir du territoire libanais. Lesdits missiles, ayant une précision démontrée de l’ordre d’un demi-mètre de la cible lorsqu’ils sont tirés jusqu’à 80km de distance. Dans le cas de cette nuit, les objectifs se trouvaient à moins de 20km de la frontière libanaise.

 

L’intérêt de larguer ces missiles depuis le territoire libanais découle du fait que ce dernier est nettement moins dense en moyens antiaériens que la Syrie.

 

Des bruits de fortes explosions ont été entendus, de même que la venue de nombreux véhicules de secours a été observée en direction d’al Kutayfah.

 

La dernière opération aéronautique israélienne de ce genre sur Damas date du 13 janvier dernier, lorsque le Khe’l Avir a anéanti l’aéroport de Mazzé et ses installations secrètes, à l’ouest de la capitale syrienne et à proximité immédiate du palais de Bashar al Assad. La Ména avait été le premier media à produire les détails et les images de ce raid.

 

La ligne stratégique suivie par Israël consiste à empêcher l’approvisionnement du Hezbollah libanais en missiles antiaériens et en missiles sol-sol de moyenne portée.

 

L’attaque de cette nuit intervient immédiatement après que des menaces de guerre eurent été proférées contre Israël par les chefs de la théocratie chiite iranienne, par son supplétif, le Cheikh Hassan Nasrallah, secrétaire général de la milice du Hezbollah libanaise, et par le président du Liban, le Général Michel Aoun.

 

La tension entre le Liban et Israël est nettement remontée ces derniers jours, et une confrontation militaire n’est pas à exclure ce printemps ou cet été, entre les protagonistes.