L’insoutenable calvaire des femmes afghanes (info # 012508/21) Version imprimable
mercredi, 25 août 2021

 

Par Bernardo Stenhof

                                                                             

La nuit dernière j’ai reçu de l’un de mes collègues diplomates une vidéo montrant l’exécution sommaire d’une femme dans une rue afghane de la province de Takhar.

 

Il était très tard et je ne peux plus dormir depuis que j’ai vu ces images.

 

Je ne veux pas que la rédaction diffuse cet effroyable film, déni de toute humanité. En regardant cette vidéo, j’ai instinctivement pensé aux enfants juifs tués et filmés par Merah avec sa GoPro à Toulouse.

 

lhorreur.jpg

L’horreur

 

Un des barbus harangue la foule qui se rapproche. Il enjoint à la femme de s’agenouiller, ce qu’elle fait sans résistance, mais dialogue avec ses bourreaux tous armés de Kalachnikovs.

 

L’un d’eux, apparemment le chef, se lance dans un sermon en citant de nombreuses fois le nom d’Allah et le mot Islam. Bien que ne comprenant pas la langue afghane, ces mots sont fort bien reconnaissables.

 

Son crime ? Elle arbore certes un large voile mais n’a pas le visage totalement couvert, elle ne porte pas la burqa.

 

Après sa déclamation, il fait un geste à l’un de ses acolytes qui tire une balle dans la tête de la femme à genoux. Du sommet de son crane vers le bas. Elle s’écroule instantanément sur la chaussée.

 

Ce qui me choque d’abord c’est qu’elle est résignée et n’a pas un seul geste de défense. Elle accepte son sort.

 

De quel droit un groupe de gens se disant "croyants" devient-il le bras séculier de Dieu ?

 

Je croyais que Dieu était toujours miséricordieux, mais cette phrase est oubliée dans le culte de ces assassins, qui devraient unanimement être mis au ban de l’humanité où ils se sont eux-mêmes relégués.

 

En regardant cette horreur, la voyant se vider de son sang dans un caniveau, je me dis que même un chien n’est pas traité ainsi dans le monde civilisé. 

 

La colère me saisit.

 

Je venais d’entendre sur BFM une discussion entre journalistes sur le thème "Faut-il reconnaître et établir des relations avec le nouveau gouvernement afghan ?".

 

L’intellectualisation de tous les sujets est un véritable danger, car en cherchant bien, on trouve toujours une raison pour "comprendre" et partant, pardonner.

 

Le ministre français des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian, demande aux Talibans "de faire preuve de leur Humanité retrouvée et promise".

 

Le porte-parole des Talibans, Zabihllah Mujahid, a assuré ce jour-même que les droits de la femme seront respectés dans le cadre de la loi islamique.

 

De qui se moquent-ils ?

 

On va en appeler aux Nations Unies qui, bien entendu, condamneront du bout des lèvres les crimes de cette bande de dégénérés.

 

Il faut tout de même rappeler que les premiers à saluer le départ des Américains et leur remplacement par les Talibans sont le Hamas, le Hezbollah, partenaires et interlocuteurs du quai d’Orsay, et la Turquie islamisante d’Erdogan.

 

Mais ils ne sont pas les seuls, la majorité du peuple pakistanais et des musulmans indiens, de nombreuses associations musulmanes américaines et canadiennes ne sont pas en reste. Et où sont les associations musulmanes françaises et européennes ?

 

Qui ne dit rien consent. A cela.