L’une des plus grosses frappes israéliennes se déroule cette nuit sur la Syrie (012101/19) Version imprimable
dimanche, 20 janvier 2019

 

© Metula News Agency

 

Métula, lundi, 03h15, 02h15 à Paris

 

Une fois n’est pas coutume, le porte-parole de Tsahal a communiqué en temps réel, à 1h30 locale, que le Khe’l Avir, l’Aviation israélienne, était en train de bombarder des objectifs appartenant à la Force Qods [fars. : Jérusalem] des Gardiens de la Révolution khomeyniste.

 

Des témoins sur place rapportent d’énormes explosions, à l’occasion de "l’attaque la plus intense de ce genre à laquelle nous ayons assisté". L’aéroport international de Damas, sur lequel les Russes ne travaillent pas de nuit, constitue l’une des cibles principales des attaques, de même que des bases iraniennes, gouvernementales et du Hezbollah dans toutes les banlieues de la capitale. De nombreux dépôts d’armes et de munitions sont la proie des flammes.

 

L’Armée israélienne a par ailleurs "averti les Forces Armées Syriennes de ne pas attenter au territoire ou aux Forces israéliens".  

 

La défense antiaérienne de l’ennemi tire des dizaines de missiles, notamment à proximité du Golan, de manière très désordonnée. Quelques bruits d’explosions parviennent jusqu’à Métula, à moins de vingt kilomètres de la frontière syrienne.

 

Les media officiels syriens ont tout d’abord annoncé que "les moyens de défense antiaérienne sont en action contre des cibles ennemies et parviennent à en abattre certaines".

 

Un peu plus tard, le ton a changé ainsi que le contenu des communiqués : ceux-ci font état de ce "qu’à partir d’1h10 locale, une vaste attaque [israélienne] se déroule dans les airs et au sol, par vagues successives". [Voir la vidéo d’un organe officiel syrien montrant des impacts de missiles israéliens].

 

Les mêmes sources indiquent que l’Aviation israélienne intervient à partir du lac de Tibériade, du Doigt de la Galilée [où se trouve notre rédaction] et depuis le ciel libanais. Les Israéliens utiliseraient de nombreuses sortes de munitions, y compris des "missiles guidés".

 

Il est fort possible que d’autres raids se déroulent durant la nuit et au lever du jour de lundi. Les équipes de la Ména sont à pied d’œuvre dans toute la région.