La chute d’Alep du point de vue stratégique (011212/16) Version imprimable
vendredi, 16 décembre 2016

 

© Metula News Agency

 

Syrie

 

Après Alep, les 3+1, Alaouites, Iraniens, Hezbollah libanais + Russie, devraient s’en prendre à Idlib, à 50km au sud-ouest d’Alep. Une ville tenue par la Rébellion et al Qaëda.

 

Les tractations à l’ONU en vue de l’imposition d’un cessez-le-feu n’aboutiront à rien. Vladimir Poutine ne mettra un terme au carnage que lorsqu’il considérera qu’il a atteint ses objectifs.

 

Avec la prise d’Alep, les Occidentaux devraient alléger leur pression militaire sur DAESH afin de préserver l’équilibre entre chiites (les alliés de Poutine) et sunnites.

 

La Guerre Civile, que ce soit en Syrie ou en Irak, n’est que l’affrontement entre ces deux blocs, à l’exception du particularisme kurde dans le nord de la Syrie et de l’Irak.

 

A Alep, les 3+1 ont fait preuve d’autant de sauvagerie que DAESH. La préservation des civils passe avant tout par une lecture adéquate de la carte stratégique : celle-ci démontre que si le rapport de force chiites-sunnites n’est pas préservé, l’Iran dominera la Syrie et l’Irak et portera la confrontation, après avoir englouti ces deux pays ainsi que le Liban, aux frontières d’Israël, de la Jordanie, de l’Arabie Saoudite et des pays du Golfe.

 

Il y aurait alors plus de destructions et de morts qu’actuellement, liés à une internationalisation et une expansion du conflit.

 

 

Un ambassadeur américain de l’ultra-droite à Jérusalem pressenti par Donald Trump

 

David Friedman est un avocat israélite d’extrême droite, opposé à la solution des deux Etats, favorable à l’annexion des territoires disputés, considérant les membres de J-Street comme des kapos de camps d’extermination nazis et Obama comme un antisémite notoire.

 

Il fait passer Binyamin Netanyahu pour un défaitiste de gauche. Même au sein du mouvement du Grand Israël et du parti de Naftali Bennett, il représenterait l’aile dure.

 

La plaisanterie de ce matin en Israël : heureusement que Friedman jouira de l’immunité diplomatique, car il sinon, il pourrait se retrouver en prison en Israël pour incitation à la violence.

 

La nomination de David Friedman est en tout cas la preuve que Trump entend réellement transférer l’ambassade des Etats Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Si ce n’était pas le cas, Friedman n’aurait jamais accepté le poste.

 

https://youtu.be/KTJDkKwN2Ns  (Youtube)