Le Hamas rompt un cessez-le-feu à peine conclu (011507/18) Version imprimable
dimanche, 15 juillet 2018

 

© Metula News Agency

 

08h30 à Métula dimanche, 07h30 à Paris

 

A minuit environ, dans la nuit de samedi à dimanche, le Hamas annonçait la conclusion d’un cessez-le-feu avec Israël. A 1h du matin, il lançait deux roquettes sur Israël, dont l’une a été interceptée par le Dôme de fer et l’autre n’a pas atteint une zone habitée.

 

C’est Fawzi Barhoum, un officiel de la milice terroriste islamique, qui avait annoncé qu’une médiation de l'Egypte avait permis de parvenir à un cessez-le-feu.

 

Côté israélien, on était plus prudent et on faisait savoir que l’on était d’accord sur le principe, et que si les miliciens respectaient le cessez-le-feu, on ferait de même.

 

Suite à la rupture quasi immédiate de l’accord par le Hamas, le Khe’l Avir a riposté, détruisant la plateforme de lancement depuis laquelle les roquettes venaient d’être tirées. [Voir la vidéo].

 

Ce dimanche matin, l’équation est claire : si Gaza cesse ses tirs, Tsahal cessera ses interventions, si de nouveaux tirs se produisent, l’Armée israélienne haussera le ton.

 

On note que le gouvernement israélien fait tout ce qu’il peut pour éviter un conflit majeur, mais qu’il est sujet à de très fortes pressions pour qu’il prenne les mesures nécessaires afin de garantir la protection des agglomérations israéliennes situées sur le pourtour de Gaza.

 

Naftali Bennett, le ministre de l'Education et de la Diaspora et membre du cabinet de Sécurité au sein de la coalition actuelle, fait également pression sur Binyamin Netanyahu en faveur d’une intervention militaire massive contre les milices islamiques.

 

A l’AFP, reprise par une majorité de media français, on annonçait la rupture unilatérale du cessez-le-feu par le Hamas et la riposte israélienne de la façon suivante : "Raid aérien israélien contre des cibles du Hamas". Il s’agit évidemment d’une fake news, doublée d’un épanchement de sentiments antisémites aigu.