Le testament de Peres (info # 012909/16) Version imprimable
jeudi, 29 septembre 2016

 

Par Stéphane Juffa

 

Alors que des milliers d’Israéliens défilent ce jeudi devant le cercueil de Shimon Peres, exposé sur l’immense esplanade de la Knesset, avec, parmi eux, l’ancien président des Etats-Unis Bill Clinton, les organisateurs des funérailles ont eu droit à leur premier invité surprise.

 

Tôt ce matin, en effet, le président de l’Autorité Palestinienne, M. Mahmoud Abbas, a transmis au Major Général Yoav Mordechai, le coordinateur des activités du gouvernement israélien en Cisjordanie, sa demande de participer aux obsèques.

 

Le major général s’est empressé de transmettre la requête au bureau du Premier Ministre, qui, après quelques heures de réflexion, a accepté d’accueillir le président de l’AP.

 

Celui-ci sera à la tête d’une délégation d’officiels palestiniens, incluant le chef du renseignement, Majid Ferej, le secrétaire général de l’OLP, Saëb Erekat, le ministre des Affaires Civiles, Hussein al Cheikh, ainsi que Mohammad al Madani, la personnalité en charge des relations avec la société israélienne au sein de l’AP. A propos d’al Madani, il est à noter que son autorisation de se rendre en Israël avait été annulée il y a de cela trois mois par le ministre de la Défense Avigdor Lieberman, qui jugeait ses activités subversives et hostiles.

 

billshimon.jpg

L’ex-Président Bill Clinton faisant ses adieux à son ami

 

Mercredi, Abou Mazen avait envoyé une lettre de condoléances à la famille du défunt, dans laquelle il qualifiait Shimon Peres de "partenaire de la paix des braves" qui avait été signée entre lui, Ytzhak Rabin et Yasser Arafat en 1993 ; le message de sympathie mentionnait que le neuvième président d’Israël avait œuvré pour la paix jusqu’au jour de son décès.

 

Ce sera la première fois que Mahmoud Abbas se rendra officiellement en Israël depuis septembre 2010, la première fois qu’il serra la main de Benyamin Netanyahu depuis le Sommet sur le climat à Paris, en novembre 2015.

 

Dans le même temps, les services de sécurité de l’Etat hébreu s’activent tous azimuts afin de sécuriser l’un des évènements les plus complexes à avoir jamais été organisés en Israël ; à cet effet, 8 000 policiers sont à pied d’œuvre pour assurer la fluidité des évènements, ainsi que l’intégrité de ceux qui y participent. La pression, pour les autorités, commence à l’aéroport international Ben Gourion, qui accueillera au moins une centaine de jets privés au service des chefs d’Etat venus de toute la planète ainsi que d’autres personnalités.

 

L’aéroport de Tel-Aviv était déjà en effervescence maximum avant cet évènement extraordinaire, puisqu’on estime à plus d’un million le nombre des Israéliens qui s’apprêtent à passer Rosh Hashana et Yom Kippour à l’étranger. De plus, on assistera vendredi au départ pour leur pèlerinage annuel en Ukraine des membres de la Hassidout [mouvement religieux orthodoxe] d’Uman, au nombre de 40 000 environ. Et c’est encore sans compter l’arrivée prévue de dizaines de milliers d’Israélites de la Diaspora venant passer les fêtes en Israël.

 

La police a prévu de fermer à plusieurs reprises l’autoroute No.1 reliant Tel-Aviv à la capitale afin de permettre aux convois des personnalités de rallier Jérusalem sous haute protection.

 

Certains chefs d’Etat effectueront ce court périple dans des hélicoptères de l’Armée. Les responsables hébreux ont également instauré des périmètres de sécurité stériles autour des hôtels qui accueillent ces centaines d’hôtes de marque.

 

A Jérusalem même, durant toute la journée de vendredi, de nombreuses artères seront fermées au public pour permettre aux visiteurs de se rendre au Carré des Grands Hommes du cimetière du Mont Herzl, où M. Perez sera enseveli non loin de la tombe d’Ytzhak Rabin. La police a déjà averti que tous les véhicules qui se trouveraient encore garés sur ces voies d’accès seraient envoyés à la fourrière.

 

Ces obsèques prennent également une tournure éminemment politique du fait de la présence du Président Barack Obama, actuellement en vol vers Israël, et de celle, confirmée, de Mahmoud Abbas, ainsi que des dizaines d’autres chefs de gouvernements et d’instances internationales.

 

L’Egypte est censée être représentée aux cérémonies par son ministre des Affaires Etrangères, Samekh Shoukry, et le Royaume Hachémite de Jordanie, par son Premier Ministre, Jawad Anani.

 

Mais à Métula, on estime que la présence de Mahmoud Abbas va sans doute encourager, in-extremis et dans le plus grand secret des préparatifs, d’autres leaders arabes et musulmans à se rendre à Jérusalem.

 

Comme lors des obsèques d’Ytzhak Rabin, des émirs des pays du Golfe participeront probablement à l’évènement, mais de plus, il se pourrait que le Roi Abdellah II de Jordanie et le Maréchal al Sissi d’Egypte annoncent leur arrivée au tout dernier moment.

 

Il se pourrait également qu’un membre de la famille royale saoudienne surprenne tout le monde en se rendant au Mont Herzl. Les relations sécuritaires et économiques se sont en effet nettement réchauffées entre Israël et la monarchie des Ibn Saoud ces dernières années, face à la menace iranienne, mais Riad a toujours conditionné l’officialisation de ses rapports avec Jérusalem à une évolution tangible du processus de paix israélo-palestinien. Lors, la participation de la délégation palestinienne pourrait permettre aux princes arabes d’effectuer leur premier voyage officiel en Israël.

 

En principe aussi, Vladimir Poutine n’est pas annoncé à l’aéroport Ben Gourion, mais au vu de la rencontre informelle qui réunira la quasi-totalité des leaders influents de la planète, il pourrait lui aussi changer d’avis au dernier moment.

 

Il est certain, en tout cas, que de nombreuses personnalités qui n’émergent pas sur la liste des invités seront présentes, vendredi, aux obsèques. Cela donnera assurément lieu à des rencontres plus ou moins discrètes dans les palaces de la capitale, où l’on saisira l’occasion de discuter des grands problèmes du moment, et aussi, puisque tout le monde sera sur place, de l’avenir des relations israélo-arabes et israélo-palestiniennes.

 

On imagine ainsi l’impact que pourrait avoir un entretien réunissant, outre Netanyahu et Abbas, un roi saoudien, le maréchal al Sissi, le Président Obama, Vladimir Poutine, le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon (qui a confirmé sa venue), tous ensemble, ou en petits comités.

 

L’occasion serait belle de faire progresser les choses et d’ajouter un peu de raison à la conduite des affaires du monde, comme l’aurait voulu Shimon Peres, en ce qui commencerait à constituer la réalisation de son testament politique en vue de la paix dans la région.

 

Imperturbable optimiste, feu M. Peres, n’avait cessé, depuis 30 ans, d’évoquer "le nouveau Moyen-Orient" dans sa vision de paix. Les échéances et opportunités que nous venons d’évoquer vont aussi, et sans aucun doute sensé, attiser l’envie du front du refus de jouer les trouble-fêtes. Ainsi, la Police, l’Armée, les services de renseignement hébreux, mais également ceux qui accompagnent les leaders du monde dans ce périlleux voyage, sont sur les dents. Ils appréhendent un acte de terrorisme de la part de ceux qui voient d’un mauvais œil ce gotha planétaire se réunir pacifiquement dans la capitale d’Israël pour commémorer l’action de l’un des pères fondateurs de ce pays.

 

Ce faisant, en plus de montrer leur attachement à notre pays, qu’ils le nient ou le confessent, par leur présence, ils reconnaissent la légitimité des Israélites à posséder ce pays, et à avoir choisi Jérusalem pour sa capitale.

 

Pour l’Iran, le Hamas, DAESH et le Hezbollah, cette perspective de communion et d’éventuelles discussions de paix sont simplement insupportables et ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour l’entacher de sang. Ils démontreraient ainsi que l’ "entité sioniste" n’est pas capable d’assurer la sécurité de son territoire, et la victoire symbolique changerait alors et instantanément de camp.

 

Les terroristes auront eu deux jours pleins pour organiser un attentat, ce qui n’est pas grand-chose, mais ils auront pu imaginer le rassemblement qui allait avoir lieu depuis l’hémorragie cérébrale de Shimon Peres, il y a de cela deux semaines. Face à eux, face au terrorisme, les cerveaux israéliens de la sécurité, dont la réputation en la matière n’est plus à faire, auront pris le plus grand soin pour déjouer tous les scénarii possibles et pour combler toutes les éventuelles failles de leur dispositif. De leur succès dépendent, outre la sécurité des chefs de cette planète, la renommée de leur efficacité comme produit d’exportation très prisé, y compris dans le monde arabe, depuis que les Etats voyous et leurs porte-flingues sèment la mort partout où ils en sont capables.

 

Outres les personnalités déjà citées qui assisteront à la mise en terre de Shimon Peres, et ceux qui hésitent encore, les chefs d’Etat et d’institutions internationales suivants font actuellement route vers Jérusalem : le ministre britannique des Affaires Etrangères, Boris Johnson, le Premier Ministre canadien, Justin Trudeau, le président du parlement russe, Vyacheslav Volodin, le président ukrainien, Petro Poroshenko, le ministre brésilien des Affaires Etrangères, José Serra, le Premier Ministre suédois Stefan Lofven, le Premier Ministre italien, Matteo Renzi, son homologue néerlandais, Marc Rutte, le président allemand, Joachim Gauk et son ministre des Affaires Etrangères, Frank-Walter Steinmeier, l’actuel président autrichien, Doris Bures, son prédécesseur, Heinz Fischer ainsi que le ministre des Affaires Etrangères, Sebastian Kurz, le gouverneur général de l’Australie, Peter Causgrove et son Premier Ministre, Malcolm Trumbull, le ministre des Affaires Etrangères irlandais, Charles Flanagan, le secrétaire d’Etat U.S, John Kerry, la candidate Démocrate à la présidence des Etats-Unis, Hillary Clinton, le Premier Ministre britannique, Theresa May, le Prince Charles, la Reine Beatrix des Pays-Bas, le Premier Ministre mexicain, Enrique Nieto et le roi d’Espagne, Felipe VI.

 

Ce genre d’évènement génère toujours des rencontres cocasses à tous les niveaux ; c’est ainsi que nous avons appris que le Président François Hollande et l’ancien Président Nicolas Sarkozy voyageront probablement ensemble à bord du Falcon 7 du gouvernement français.

 

Ce sont les services de l’Elysée qui seraient à l’origine de cette offre de covoiturage. Quoiqu’il en soit, Hollande et Sarkozy auront au moins neuf heures à passer en commun dans un espace confiné, parmi seulement quinze passagers, ce qui leur donnera l’occasion d’évoquer, entre quatre yeux, la situation de la France et l’état de la campagne présidentielle.

 

Au-delà de l’aspect politique et mondain de ces funérailles, le peuple israélien, qui ne pourra y participer que devant ses postes de télévision ou face aux écrans géants dans la périphérie du cimetière, retient surtout la tristesse qui l’étreint, ainsi que le sentiment, aussi prenant qu’amer, d’avoir perdu l’un des piliers de sa nation. Et l’on entend par pilier quelqu’un qui avait la capacité de le réunir, toutes opinions confondues, et de matérialiser son destin sur sa personne et la foi en son avenir.

 

 

Appendice : le billet radiophonique de Cindy Gzaiel à propos du Prix Nobel de la Paix de Shimon Peres -> https://youtu.be/Pqp56Jxjg2w