Les Kurdes progressent en direction d’al Bab (info # 012610/16) Version imprimable
mercredi, 26 octobre 2016

 

Par Perwer Emmal dans le Rojava

 

En dépit de l’utilisation continue et massive de l’aviation, de l’artillerie et de blindés par l’Armée turque et ses supplétifs islamistes, les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à prééminence kurde poursuivent, ce mercredi matin, leur offensive en direction du nœud stratégique d’al Bab aux mains de DAESH.

 

Des combats au corps à corps ont actuellement lieu (7:30h GMT) dans le village de Tal Jijan (carte), opposant des commandos de Peshmerga et de l’Armée turque.

 

tal_jijan_map.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

 

Cette nuit, les FDS ont atteint pour la première fois la route reliant Alep à Akhtarin (carte). Leur tête de pont ne se trouve plus qu’à 16km d’al Bab ; ils ont progressé de 3km en moyenne durant les dernières 24h, prenant notamment le contrôle des bourgs ou villages de Misrafah, Jabel Nayaf et Tal Qaramil. La distance séparant encore les Unités de Protection du Peuple kurde (YPG) de l’Ouest (Arima) et de l’Est (Tal Jijan) qui empêche l’unification du Rojava est dorénavant de 36km.

 

Durant les dernières heures, les FDS ont mis hors de combat 7 véhicules et chars turcs, grâce à des tirs de missiles, tuant une quinzaine de Turcs ou de supplétifs islamistes et en blessant une dizaine d’autres. On compte deux tués parmi les forces kurdes et leur alliés, ainsi que trois blessés, dont un grièvement touché par des éclats d’obus.

 

tal_jijan_2.jpg

Carte régionale

Service cartographique © Metula News Agency

 

Les Etats-Unis continuent de prodiguer leurs conseils de circonstances aux Turcs et aux Kurdes afin qu’ils unissent leurs efforts face à DAESH et qu’ils cessent de s’affronter mutuellement. Les Européens continuent de garder le silence.

 

J’essaie de me frayer un passage afin de rejoindre les FDS combattant dans la percée de Tal Jijan à partir du canton d’Afrin afin de continuer de vous informer en temps réel, mais la traversée du territoire tenu pas les ennemis est hasardeuse.