Monstrueux incendie dans la Z.I. de l’usine d’uranium de Fordo (010205/21) Version imprimable
dimanche, 02 mai 2021

 

Metula, dimanche, 13h40, 12h40 à Paris

 

Stéphane Juffa et Jules Mazouz ont participé à cette dépêche

 

Ce dimanche matin à 10:49, heure iranienne, soit 09:19 à Métula et 08:19 à Paris, des explosions en chaîne se sont produites dans la zone industrielle de Shoukihieh en Iran, suivies par d’énormes incendies qui continuent de ravager de nombreux usines et entrepôts.

 

Selon l’agence gouvernementale perse Fars, on compte de nombreux morts et blessés. De plus, la lutte contre les incendies est rendue difficile par la présence de multiples usines de produits chimiques et de raffineries de pétrole dans le parc industriel.

 

La Z.I de Shoukihieh se situe à 73.5km au sud-ouest de Téhéran, à 12km au nord de la ville religieuse chiite de Qom [hab. : 1.2 millions], ainsi qu’à 17km au sud-ouest de l’usine d’enrichissement d’uranium souterraine de Fordo [carte].

 

fordo_map_resized.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Source : Google Earth Pro

 

La Ména a souvent eu à décrire de très gros sinistres ces dernières années, notamment après les frappes du Khe’l Avir, l’Aviation israélienne, sur des dépôts de munitions en Syrie, d’où l’abondance des superlatifs à ce propos dans nos dépêches.

 

Les incendies de ce dimanche appartiennent toutefois à la catégorie des dommages les plus importants que nous ayons eu à décrire dernièrement, et qui ne comprend que le feu du port de Beyrouth, le 10 septembre 2020.

 

Regarder deux vidéos de l’incendie :

https://twitter.com/guy_telaviv/status/1388756758991196161?s=07&fbclid=IwAR0pFtqTRPinYXPrntTnRrMuemci8t8HXWLfQV58Phrd0Hz-MGxnU8-ShCg

 

https://twitter.com/SharonaMazalian/status/1388750505610985478?s=07&fbclid=IwAR3BRPlyeCFLb3m9ev-0Xusa0-WjBY9ZrZBHov_3VPBJPOrpf1vNeK0sfEw

 

En fait, la Z.I. de Shoukihieh (dont le nom n’apparait pas sur les cartes, y compris sur Google Earth Pro) sert de fournisseur principal et d’entrepôt de stockage des matériels nécessaires au fonctionnement de l’usine d’enrichissement d’uranium souterraine de Fordo.

 

Sous la terre, dans cette usine d’enrichissement d’uranium, la place est comptée et réservée aux machines intervenant directement dans le processus manufacturier.

 

Mais c’est naturellement en surface que sont installées les fabriques qui produisent les matériaux pour les infrastructures, les machines et le carburant nécessaires au fonctionnement de l’usine de Fordo.

 

shoukihieh_map_resized.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Source : Google Earth Pro

 

Le gouvernement iranien s’était empressé d’annoncer, après l’attaque sur le site de Natanz, le 11 avril dernier, imputée à Israël par la totalité des sources d’information internationales, qu’il allait mettre en batterie des nouvelles centrifuges à Fordo afin d’enrichir le précieux minerai à 20%.

 

Au vu des informations en notre possession, nous déduisons sans l’ombre d’un doute sensé que l’origine des explosions de ce matin est humaine, s’agissant d’une opération de sabotage.

 

Nul doute non plus que les dégâts déjà annoncés sont de nature à faire stopper le processus d’enrichissement de l’uranium à Natanz, ou, à tout le moins, de le réduire à une cadence de production purement symbolique.

 

Ces explosions en cascade interviennent au lendemain des déclarations publiques faisant état d’avancées conséquentes dans les pourparlers de Vienne et de prévisions optimistes quant à la probabilité selon laquelle l’accord adapté de celui de 2015 serait relancé sous quinze jours.

 

L’accord de 2015 entre l’Iran et les pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU + l’Allemagne [5+1] s’intitule officiellement JCPoA. Traduit en français, cela donne Plan d’Action Global Commun.

 

A Métula, on est incapable de ne pas envisager l’hypothèse selon laquelle Israël serait à nouveau intervenue, afin, d’une part, de détruire des fournitures spécifiques indispensables au fonctionnement de Fordo.

 

Et de l’autre, en envisageant que l’accord pourrait être reconduit très prochainement, Jérusalem suppute sans doute que la production d’un certain nombre de composants chimiques et autres, ainsi que des machines destinées au nucléaire, sera interdite durant la période de validité du traité.

 

Or si la Théocratie n’en dispose plus (où en quantité nettement réduite) après les incendies de ce dimanche, le risque d’un redémarrage rapide de Fordo à la fin de la validité du traité, ou suite à une dispute entre les signataires, comme cela est déjà arrivé, s’en voit très sérieusement compromis.

 

Une action de la part d’Israël à l’instar de celle de ce matin serait par ailleurs très mal perçue par les 5+1 après la reconduction du JCPoA. Elle aurait pu induire un net durcissement des relations diplomatiques et commerciales entre l’Etat hébreu et les six puissance concernées, qui sont des partenaires privilégiés de Jérusalem.