Opération terrestre israélienne sur le Golan la nuit dernière (010606/21) Version imprimable
mardi, 01 juin 2021

 

© Metula News Agency


Stéphane Juffa et Jules Mazouz ont participé à cette dépêche


Métula, mardi soir

 

La nuit dernière – de lundi à mardi – une force importante de Tsahal a franchi la ligne de barbelés séparant la Syrie et Israël pour accomplir une opération militaire de l’autre côté de la barrière de sécurité.

 

Le lieu visé par l’Armée israélienne se situe en territoire israélien mais de l’autre côté de ladite barrière, constituée par un solide grillage courant le long d’une route de patrouilles.

 

golan_intervention_groind.jpg

Lieu de l’opération de la nuit dernière

L’emplacement de l’intervention est signalé par une étoile de David rouge et jaune

Service cartographique © Metula News Agency

 

Cette situation existe en de nombreux points des frontières avec la Syrie et le Liban, car, dans ces régions à la topographie accidentée, il est techniquement impossible d’édifier une barrière de sécurité et la route qui l’accompagne précisément sur le tracé de la frontière.

 

Dans le cas d’espèce, la frontière internationale correspond à la Ligne Alpha, ou Ligne de Séparation Alpha, matérialisée par des points noirs remplis de bleu sur la carte.

 

L’Armée gouvernementale syrienne avait imaginé pouvoir s’installer et construire une fortification sur le territoire israélien, simplement parce qu’elle se situait côté syrien du treillis métallique. Et également, parce que Damas ne pensait pas que Jérusalem risquerait un affrontement entre les deux armées uniquement afin de détruire cette position avancée.

 

Il s’agissait d’un ouvrage militaire important qui servait de poste d’observation à disposition de l’Armée des al Assad et de son allié chiite libanais du Hezbollah pour suivre les mouvements de Tsahal.

 

En plus du fait que ce fortin se situait en Israël, l’accord de désengagement de 1974 entre les deux pays stipule qu’aucun poste militaire ni aucun soldat du régime alaouite ou allié à icelui n’a le droit de se trouver dans la zone démilitarisée entre les lignes Alpha et Bravo [cercles blancs sur la carte].

 

Peu après minuit, des unités d’infanterie, de chars, canines et du génie, soit plusieurs centaines de soldats de Tsahal, ont franchi le grillage de sécurité et parcouru les quelques centaines de mètres qui les séparaient de la position ennemie.

 

Durant l’opération, le ciel était sillonné par des drones d’observation et d’attaque qui sécurisaient les troupes au sol.

 

Lorsqu’ils se sont aperçus de l’avancée des forces israéliennes, les miliciens libanais et les militaires syriens se sont retirés précipitamment en direction du territoire syrien.

 

Après avoir sécurisé la place, le génie a détruit la construction grâce à 50kgs d’explosifs.

 

La force d’intervention a refranchi un peu plus tard la barrière de sécurité. Tous les personnels sont sains et saufs.

 

Tsahal a avisé l’Armée syrienne qu’il ne tolérerait aucune présence armée sur son territoire et qu’il interviendrait à nouveau si nécessaire.

 

Des officiers ont confié à la Ména que l’état-major de l’Armée israélienne avait préféré une intervention terrestre à une frappe aérienne afin de signifier à l’ennemi que nous nous sentions parfaitement prêts à intervenir au sol si nous jugions que c’était nécessaire.