Pour la 3ème nuit consécutive, les milices terroristes tirent une roquette sur Israël (021209/21) Version imprimable
dimanche, 12 septembre 2021

 

Dimanche, 21:55  à Métula, 20:55 à Plaisians [202 hab.] dans la Drôme provençale

 

Pour la troisième fois en trois jours, les milices islamiques terroristes de Gaza ont tiré une roquette à 20:45 locales en direction de Sdérot.

 

Peu auparavant, les sirènes avaient retenti dans le pourtour de l’enclave palestinienne.

 

L’Armée israélienne a indiqué que le projectile a été à nouveau – à l’instar des deux précédents - intercepté par le Dôme de Fer.

 

L’interception de roquettes, d’obus de mortier ou d’obus d’artillerie tirés sur Sdérot représente un défi technologique ultime, du fait que la frontière de Gaza ne se trouve qu’à 1.3km des limites municipales. Dans un laps de temps pouvant être inférieur à huit secondes, le système du Dôme de Fer doit identifier le tir du projectile, calculer sa trajectoire, lancer un missile intercepteur sur une trajectoire de collision avec une précision de quelques centimètres et percuter la roquette en explosant.

 

La roquette tirée hier, samedi, par les terroristes l’avait été à partir d’un point plus éloigné de Sdérot et était demeurée en vol durant dix-neuf secondes.

 

Israël est actuellement le seul pays à maîtriser cette technologie d’interception.

 

Plus tôt dans la journée, le chef d'état-major de Tsahal, le Général Aviv Kockhavi, avait déclaré à l’occasion d’une remise de diplômes de fin de formation à des marins : "L'Armée israélienne défend la frontière de la bande de Gaza et nous n'accepterons aucune violation de notre souveraineté d'aucune sorte. Nous réagissons vigoureusement à toute violation et continuerons à le faire. Si la situation s'aggrave, le Hamas et la bande de Gaza paieront un lourd tribut".

 

A l’instar des deux nuits écoulées, les observateurs s’attendent à une réplique de Tsahal dans les prochaines heures. Ladite riposte sera sans doute un peu plus marquée que les précédentes par souci de dissuasion progressive.

 

L’Armée israélienne est déployée le long de la frontière avec la bande côtière et se tient prête à reprendre l’opération Gardien des Remparts interrompue en mai si cela s’avérait nécessaire.

 

Nous rappelons que l’attaque de ce soir contre Sdérot procède d’une agression spontanée – non précédée d’aucune action offensive de Tsahal -, et qu’il s’agit d’un acte de terrorisme caractérisé – d’individus armés s’attaquant systémiquement à des civils.

 

Nous rappelons également que la milice islamique du Hamas est officiellement classée "terroriste" par le Canada, les Etats-Unis, l'Union Européenne, la Ligue Arabe, l'Australie, le Royaume-Uni, le Japon et Israël.

 

Cette qualification constitue un élément qui échappe souvent à l’attention de bon nombre de nos confrères, particulièrement les Français, et qui revêt pourtant une importance prépondérante dans la compréhension de ce genre d’événements.

 

A l’heure où la roquette qui se dirigeait vers Sdérot était abattue, se déroulait un incident dans notre village de Métula [2 500 hab.] assis sur la frontière avec le Liban. La rédaction de notre agence se situant à 380 mètres de la ville de Kfar Kileh [20 000 hab.] soumise au contrôle du Hezbollah et de l’Iran.

 

Les habitants étaient priés d’éviter de s’approcher de la partie nord-est de notre agglomération, pendant que des patrouilles de Tsahal et de volontaires armés de Métula sécurisaient les lieux.

 

Après vérification, il apparaît qu’un individu armé en provenance du Liban-Sud avait grimpé sur la barrière de sécurité séparant les deux pays.

 

Ayant actionné les dispositifs d’alerte automatiques, et voyant des militaires israéliens s’approcher rapidement du lieu où il se trouvait, l’intrus a refranchi la barrière en sens inverse et est rentré chez lui en s’éloignant en courant de la barrière.

 

La situation dans notre village est redevenue absolument normale.