Pour une filiale du Figaro, Métula se situe au Liban (012802/21) Version imprimable
dimanche, 28 février 2021

 

Par Ilan Tsadik

 

De temps à autre, l’un des rédacteurs de la Ména en Israël effectue une recherche sur plusieurs browsers, en utilisant des termes qui nous concernent et les noms de certains de nos journalistes, afin de s’enquérir des critiques qui auraient pu être formulées à notre encontre ou de vols de droits d’auteur.

 

La semaine dernière c’était mon tour, et le premier mot que j’ai utilisé dans ma recherche fut "Metula", du nom du village qui accueille le centre rédactionnel de notre agence de presse.

 

Assez rapidement, j’ai dû agripper la ceinture de mes pantalons pour éviter qu’ils m’en tombent !

 

J’ai chu sur la page d’une application de relevés et de prévisions météorologiques nommée Meteo Consult [voir photo].

 

mto_consult_1.jpg

 

J’y ai trouvé le point météo complet, y compris la couverture nuageuse heure par heure, la hauteur de la base des nuages, les précipitations, l’humidité, la visibilité, la température, la direction et la vitesse du vent, la pression barométrique et, c’est très pro, l’avis d’un expert météorologiste.

 

Voici par exemple la situation que le spécialiste prévoit pour cette après-midi de dimanche et pour son évolution pendant la nuit :

 

"Cet après-midi à Metula, Nuages modérés et larges éclaircies. Pas de précipitations. Vent modéré.

 

La fiabilité de la situation est bonne. [ça c’est important, la fiabilité pour un bulletin scientifique. NdI. (Note d’Ilan)].

 

Cette nuit, de belles éclaircies mais multiplication des nuages.

Risque d’averses en fin de nuit. Vent faible.".

 

Voilà des gens qui savent de quoi ils parlent et qui connaissent bien notre localité située dans le Doigt de la Galilée.

 

Sauf que non.

 

En levant la tête en-haut à gauche, je tombe sur cela :

 

screenshot_2.jpg

 

Je vérifie notre longitude et notre latitude ; pas de doute, c’est bien de "notre" Métula qu’ils parlent.

 

Et j’apprends, stupéfait, que le village que nous connaissons bien, peuplé d’irréductibles Hébreux, résistant encore et toujours à l’envahisseur a fini par tomber.

 

Parce qu’à en croire Meteo Consult, nous sommes désormais libanais, rattachés au district de Marjayoun.

 

J’ai immédiatement appelé notre rédac chef pour lui demander d’aller informer les autres villageois de notre changement de nationalité.

 

Nous avons bien ri, mais sur un sujet éminemment grave et délicat.

 

C’est un peu comme si Meteo Consult annonçait que Metz était allemande et faisait partie du Land de Kaiserslautern (en vérité, Metz avait été germanisée et annexée dans le Reich durant la Seconde Guerre Mondiale dans l’entité géographique de CdZ-Gebiet Lothringen, comme l’ensemble de la Moselle).

 

Sauf qu’ici, la guerre n’est pas terminée et des dizaines de milliers de personnes sont mortes pour défendre les frontières de leur pays. Ce qui fait que le sujet demeure assez sensible, sans qu’il soit nécessaire qu’une application française, appartenant à un grand quotidien parisien, ne jette encore de l’huile sur le feu.

 

Car Meteo Consult appartient au Figaro depuis le 1er octobre 2008.

 

A ce stade des choses, j’ignore s’il s’agit d’un acte de détestation délibérée de la part du journal francilien. Car nous n’avons pas que des adversaires au 14 boulevard Haussmann, loin s’en faut.

 

screenshot_3.jpg

 

Et Le Fig fait partie du Groupe Dassault, dont le fondateur s’appelait Bloch à sa naissance, et dont le Pdg actuel est Charles Edelstenne, un milliardaire juif français selon Yahoo, plutôt habité de bons sentiments à l’égard d’Israël.

 

Reste que la direction et nos amis ne peuvent pas tout contrôler, et certains collaborateurs qui ne nous apprécient pas du tout – on en connaît aussi – ont très bien pu se venger de nos qualités journalistiques dont ils ne peuvent que rêver en déplaçant la Metula News Agency au Liban.

 

Il est vrai qu’il n’y a que 380 mètres à parcourir pour faire franchir la frontière aux bâtiments de notre rédaction.

 

Mais Métula, un village de 2 700 habitants, n’a jamais été libanais en 130 ans d’existence, et Beyrouth ne revendique pas à notre connaissance son annexion.

 

Nous ne sommes pas une implantation, ce que l’AFP, les media français et Le Figaro appellent incorrectement des "colonies", sans doute pris par la nostalgie de l’Algérie française et de la corvée de bois. Nous sommes un "yshuv", une agglomération, qui fait partie de l’Etat hébreu depuis sa création en mai 1948.

 

Même avant cela, Métula était rattachée à l’Etat juif sur le plan de partage de la Palestine élaboré par le Comité Spécial des Nations Unies sur la Palestine en 1947.

 

Il y a bien quatre familles libanaises à Métula, mais leurs membres sont des réfugiés chrétiens du Liban-Sud, qui se sont expatriés chez nous en dernier recours, juste avant de se faire équarrir par les partisans de la religion de paix et d’amour.

 

Depuis, ils ont tous demandé et obtenu la nationalité israélienne, et leurs enfants, que je connais bien, ont effectué très honorablement leur service militaire dans Tsahal. Ce sont d’excellents voisins qui n’ont naturellement pas eu à abdiquer leur foi et qui sont parfaitement intégrés à notre communauté.

 

Il se peut également que cette faute soit fortuite, mais ce qui m’amène à en douter, ce sont les précisions apportées à cette contrevérité : "Gouvernorat de Nabatiyeh, District de Marjayoun" ; ce ne sont pas des inventions spontanées. On peut peut-être les trouver dans le Mein Kampf du Hezbollah, mais sinon, cela réclame une intervention humaine (très) malintentionnée.

 

On va laisser M. Edelstenne – quelle francisation bizarre d’ "Edelstein", pierre précieuse en allemand ! – s’occuper de la correction de ce petit problème, en attendant qu’il nous rapatrie dans notre pays.

 

Nous garderons évidemment un œil sur l’affaire, avec une curiosité non dissimulée pour les mesures qui vont être prises contre les auteurs de cette blagounette haineuse ou de cette erreur.

 

La différence existe, certes, mais elle n’est pas foncière [ou si en l’occurrence. Ndlr.]. Car on s’attend à ce que des professionnels sérieux vérifient ce qu’ils publient, particulièrement lorsqu’il s’agit de scientifiques, à propos d’une région hyper-sensible du monde, et d’une propension connue des media franciliens à détourner la langue française au détriment de l’Etat hébreu.

 

L’agence de presse de Métula/Israël est – mais est-ce vraiment un hasard ? – la championne du monde incontestable dans la déconstruction de cette dernière pratique de la presse tricolore.

 

Il n’est pas indispensable de mentionner que ses erreurs ont toujours lieu dans le même sens. Je n’ai jamais vu une publication de l’Hexagone traiter de la ville israélienne de Beyrouth.

 

Je ne veux pas m’exprimer à la place de notre comité de rédaction, mais je pense que quelqu’un qui placerait Metz dans le Land de Kaiserslautern ne collaborerait plus à la Ména pendant très longtemps.