Quatre miliciens palestiniens tués à Djénine et tir d’une roquette sur Sdérot (011608/21) Version imprimable
lundi, 16 août 2021

 

© Metula News Agency


Métula, mardi après-midi

 

Tôt ce matin , un commando de Mistarvim – type Fauda – de Tsahal a pénétré dans le camp de réfugiés de Djénine [Djénine ville+camp 40 000 hab.], au nord de la Samarie.

 

Les soldats d’élite venaient appréhender chez lui un individu suspecté d’être un hyper-terroriste du Hamas.

 

Lorsque les commandos se sont approchés de la maison, des miliciens palestiniens du Fatah et du Hamas ont ouvert le feu massivement sur les Israéliens.

 

Ces derniers ont répliqué, tuant quatre miliciens et en blessant trois autres. Les commandos ont emmené les corps de deux combattants ennemis avec eux afin qu’ils soient identifiés, pour savoir si l’un d’entre eux est le suspect recherché. Il n’y a pas de blessés côté israélien.

 

Le ministère de la Santé de l’Autorité Palestinienne a identifié deux des morts. Il s’agit de Saleh Amar, 19 ans, et de Raed Abu Saïd, 31 ans.

 

C’est la seconde fois en quinze jours qu’un commando israélien venu arrêter des suspects à Djénine est accueilli par des tirs d’hommes armés.

 

Cette après-midi, à 13h 30 locales, des terroristes – des individus armés s’attaquant systémiquement à des civils – ont tiré une roquette dans la zone de la ville de Sdérot, à l’est de Gaza-city et à 1.4km de la frontière d’Israël avec la bande de Gaza.

 

Le Dôme de Fer a intercepté le projectile en vol, comme on peut le voir sur cette vidéo filmée par des habitants :

https://twitter.com/i/status/1427219536365953024

 

Une seconde roquette a été tirée par les terroristes mais elle s’est écrasée sur Gaza immédiatement après son décollage.

 

Les sirènes d’alerte avaient retenti peu avant le tir des roquettes.

 

C’est la première fois que les terroristes de l’enclave palestinienne lancent une roquette sur le territoire israélien depuis la fin de l’opération Gardien des Murailles, lors de laquelle au moins 256 Palestiniens avaient été tués, dont au moins 225 miliciens.

 

C’est également la première fois qu’un projectile est tiré sur l’Etat hébreu depuis l’intronisation du nouveau gouvernement israélien.

 

Le ministre de la Défense Benny Gantz ainsi que le chef d’état-major Aviv Kokhavi n’ont pas fait mystère de ce qu’ils n’accepteront plus ces agressions spontanées de la part des terroristes de Gaza.

 

Lors de deux épisodes précédents, lorsque les miliciens-terroristes ont lancé des ballons incendiaires qui ont détruit plusieurs hectares de faune et de flore côté israélien, la riposte de Tsahal avait été particulièrement vive.

 

L’on s’attend, au vu de l’orientation du nouveau cabinet de l’Etat hébreu, à une réplique particulièrement musclée lors des heures à venir. Tous les chefs des organisations terroristes de la bande côtière, ainsi que leurs miliciens, ont délaissé leurs positions ainsi que les ouvrages militaires qu’ils occupaient par crainte desdites représailles.

 

L’on sait que ces organisations n’ont pas pu reconstituer leurs stocks de roquettes ni réparer leur vaste réseau souterrain suite à Gardien des Murailles, grâce à la vigilance conjuguée des armées israélienne et égyptienne.

 

Le gouvernement israélien n’a pas caché non plus qu’en cas de reprise de tirs nourris de roquettes sur Israël, il n’hésitera pas à renouveler et à poursuivre l’opération de mai. Laquelle avait cessé uniquement en échange d’un cessez-le-feu absolu et inconditionnel de la part des organisations terroristes.

 

A la Ména nous pensons que c’est le Djihad Islamique Palestinien qui a tiré la roquette de cette après-midi. En parfait synchronisme avec le Hamas, qui gouverne la Bande de Gaza.

 

Ce matin, avant le tir du projectile sur Sdérot, le Djihad avait en effet promis de venger la perte des quatre miliciens à Djénine.

 

Mais ce n’est pas la vraie raison de cette agression spontanée. Celle-ci réside dans le refus de Jérusalem d’autoriser le transfert de matériaux de construction dans la Bande, avant qu’elle ne reçoive les garanties qu’elle demande qu’ils seront exclusivement utilisés pour restaurer les infrastructures civiles démolies lors de Gardien des Murailles. Et non pour reconstruire des ouvrages militaires ainsi que des tunnels.

 

Le même désaccord et aux mêmes motifs existe au sujet du transfert de cash du Qatar au Hamas. Cet argent lui est nécessaire afin de payer la solde de ses miliciens-terroristes.

 

Hier, dimanche, le porte-parole de l’organisation terroriste, Hazem Qassem, avait déclaré au journal libanais Al-Akhbar [ara.: les nouvelles] financé par le Hezbollah – avant donc l’incident de Djénine – que le Hamas n'hésiterait pas à aggraver la situation sécuritaire avec Israël si l'argent qatari et les matériaux de construction ne sont pas transférés dans la bande de Gaza durant les quelques jours à venir.

 

Israël avait pourtant annoncé vendredi dernier qu'elle autoriserait 1 350 Palestiniens de Gaza à entrer sur son territoire pour travailler, à condition qu'ils soient vaccinés ou guéris du COVID-19.

 

Jérusalem avait également informé qu'elle permettrait d'importer et d'exporter davantage de marchandises par le point de transit de Kerem Shalom. A partir de cette semaine, l'importation d'équipements de transport et de communication était autorisée, ainsi que de matériel pour les infrastructures humanitaires à Gaza, telles que les eaux usées et l'eau potable, selon le Bureau de Liaison Militaire d'Israël avec les Palestiniens.

 

Ces mesures étaient conditionnées par le maintien du calme, et notamment des lancers de ballons incendiaires, et a fortiori de roquettes. Elles vont être annulées suite à l’agression spontanée sur Sdérot.

 

Le Caire et Jérusalem se sont entendus de longue date, pour des raisons de surveillance, afin que les marchandises à destination de Gaza ne transitent que par Kerem Shalom en Israël, qui est situé à moins de deux kilomètres de la frontière entre Israël et l’Egypte, tout au sud de la bande de Gaza.

 

D’autre part, l’un des chefs principaux du Hamas, Moussa Abu Marzouk, "a béni la nation musulmane afghane pour la chute de l'occupation américaine sur tout le territoire afghan".

 

Dans un tweet diffusé hier soir (dimanche), Marzouk a comparé le combat des Talibans contre le gouvernement afghan soutenu par les Etats-Unis à la lutte du Hamas contre Israël.

 

Un troisième incident est survenu ce lundi lorsqu’un individu palestinien, portant un uniforme complet de Tsahal, a été appréhendé par des soldats de l’Armée israélienne.

 

L’interpellation a eu lieu à proximité du village arabe de Sinjil, à 12km au nord-est de Ramallah.

 

Le suspect a été transféré aux forces de sécurité pour un interrogatoire plus approfondi.