Rétablir la vérité sur Donald Trump (info # 011903/17) Version imprimable
dimanche, 19 mars 2017

 

Par Guy Millière

 

Un problème grave affecte un nombre important de Juifs américains. Ces Juifs américains sont de gauche, ce qui est pleinement leur droit. Ils votent pour le parti Démocrate, ce qui est pleinement leur droit aussi. Ils s’aveuglent sur le glissement du parti Démocrate vers la gauche extrême, vers des positions de plus en plus résolument “propalestiniennes”, voire “antisionistes”. C’est leur droit encore, mais cela pose néanmoins un problème, car cela les conduit à cautionner des antisémites qui cachent à peine leur antisémitisme. A l’instar de Keith Ellison, musulman et compagnon de route des Frères Musulmans, qui dirige désormais le parti Démocrate, au côté du gauchiste “propalestinien” Tom Perez, et qui a longtemps été proche de The Nation of Islam, le mouvement que dirige Louis Farrakhan, un admirateur de longue date du Troisième Reich.

 

C’est plus un problème encore lorsque l’on voit de manière récurrente des dirigeants d’organisations juives américaines, voire parfois des rabbins, rejoindre les manifestations anti-Trump et avancer la main dans la main avec des suppôts du terrorisme “palestinien”, telle Linda Sarsour, organisatrice de la Marche des femmes, au lendemain de l’intronisation de Donald Trump, puis de la Journée sans femmes, le 8 mars dernier.

 

Voire avec une terroriste tueuse de Juifs non repentie telle Rasmea Yousef Odeh, condamnée à la prison à vie en Israël, libérée lors d’un échange de prisonniers, devenue résidente américaine en ayant menti aux services de l’immigration. Que font des Juifs américains au côté de personnes de ce genre ? N’y a-t-il pas une limite à l’indécence ?

 

Norman Podhoretz, un homme pour qui j’ai estime et amitié, et l’un des grands penseurs juifs américains contemporains, dans un livre que je cite souvent "Why Jews Are Liberal" [Pourquoi les Juifs sont-ils libéraux], a expliqué, avec consternation, que nombre de Juifs américains ne sont plus juifs et ont adhéré à la religion constituée par les idées qu’on appelle “liberal” aux Etats-Unis, qui sont les idées de la gauche américaine.

 

trump-jew.jpg

L’antisémite

 

De dérive en dérive, nombre de Juifs américains sont en train de passer des idées “liberal” aux idées qu’on appelle “radical” aux Etats-Unis, celles de l’extrême-gauche islamo-gauchiste.

 

Cela peut conduire à de graves impostures. Il y a quelques semaines, une officine appelée Anne Frank Center for Mutual Respect [le centre Anne Frank pour le respect mutuel] a publié un texte affirmant que l’antisémitisme était omniprésent dans l’administration Trump. Cette officine a autant de rapport avec Anne Frank que j’en ai avec Heinrich Himmler et souille le nom d’Anne Frank en l’utilisant, mais toute la presse du monde a publié des articles disant que “le Centre Anne Frank dénonce l’antisémitisme de l’administration Trump”.

 

Le National Council of Jewish Women (le Conseil National des femmes Juives, qui ne représente pas toutes les femmes juives des Etats-Unis, heureusement) a revendiqué sa participation à des réunions organisées par Linda Sarsour, au cours desquelles des discours favorables au Hamas ont été tenus. Sa directrice, Nancy Kaufman, a déclaré que des désaccords sur des points mineurs n’empêchent pas la coopération sur des questions de fonds avec des femmes qui mènent un combat positif contre la présidence Trump.

 

Isi Leiber, un homme pour qui j’ai également estime et amitié, a écrit voici peu dans un article intitulé “American liberal Jewish leaders fuel anti-Semitism” (les dirigeants juifs américains de gauche alimentent l’antisémitisme) que “l’exploitation de leur identité juive par les dirigeants soi-disant non partisans de grandes organisation juives américaines est sans précédent”, et qu’ ”aujourd’hui, dans ce qui peut être appelé un mouvement d’autodestruction, un nombre substantiel de dirigeants irresponsables de la diaspora juive la plus puissante sur Terre semblent être devenus fous furieux”.

 

Les conséquences de ce courant pour la communauté juive américaine sont potentiellement désastreuses, et le mot “autodestruction” est pleinement adéquat. Les conséquences pour Israël sont potentiellement délétères. Les effets sur la perception internationale de l’administration Trump et de Donald Trump lui-même sont très dommageables ; ni l’administration Trump, ni Donald Trump, qui sont d’ores et déjà insultés et diffamés par tout ce que la planète compte d’islamo-gauchistes, d’adeptes du politiquement correct, de compagnons de route conscients ou inconscients de l’islam radical n’ont besoin de se voir trainés dans la boue par des organisations juives américaines et par des Juifs américains. Les effets sur la perception de l’administration Trump et de Donald Trump par les Juifs du reste du monde et par les Juifs Israéliens pourraient même en souffrir.

 

Melanie Phillips a écrit des mots très pertinents sur le sujet dans un article récent publié par le Jerusalem Post : "How The Monstering of Donald Trump Has Confused the Jews", ou comment la présentation de Donald Trump sous les traits d’un monstre, qui a créé la confusion chez les Juifs, qui agissent, de fait, en faveur des pires ennemis d’Israël aux Etats-Unis est révoltante.

 

J’ai écrit un livre qui rétablit la vérité. J’y inclurai le texte complet de plusieurs discours de Donald Trump, dont celui, superbe, prononcé devant la réunion annuelle de l’AIPAC il y aura bientôt un an. J’ai placé le livre en précommande aux fins que l’éditeur puisse lui donner un maximum d’impact. Je remercie d’avance ceux qui le commanderont à l’adresse suivante : kickstarter.com/la-revolution-trump-de-guy-milliere. Ils s’informeront de manière précise. Ils contribueront, non seulement à diffuser la vérité, mais aussi à mener un combat qui doit impérativement l’être.

 

Que des Juifs américains tentent de déstabiliser et de démolir l’administration américaine la plus favorable à Israël depuis la refondation de l’Etat juif il y a près de sept décennies tient du suicide.