Tirs de roquettes des milices islamiques de Gaza sur Israël (011708/19) Version imprimable
samedi, 17 août 2019

 

 

newmena.jpg

 

 

© Metula News Agency

 

Samedi, 23h10 à Sdérot, 22h10 à Paris

 

DERNIERE MINUTE : LES CORRESPONDANTS DE LA Ména ANNONCENT QUE DES BOMBARDEMENTS ISRAELIENS SUR DES OBJECTIFS DU HAMAS A GAZA SONT EN COURS A 23H LOCALES.

 

A 21h ce samedi soir les milices islamiques palestiniennes de Gaza ont tiré trois roquettes sur Israël.

 

Deux de ces projectiles ont été interceptés par le Dôme de Fer.

 

Le troisième s’est abattu dans la cour d’une maison à Sdérot.

 

Selon notre correspondant permanent à Sdérot Ilan Tsadik, l’habitante de la demeure qui a eu le temps de se réfugier dans son abri a été traumatisée.

 

Le projectile a causé des dégâts matériels mais il semble, toujours d’après Ilan Tsadik, qu’il n’a pas explosé ou qu’il n’a que partiellement explosé.

 

deb.jpg

Des débris de roquette trouvés dans la cour de la maison atteinte

 

Cinq autres personnes, elle aussi choquées par les tirs, ont été évacuées par le Magen David Adom [l’étoile de David rouge, le pendant israélien de la Croix Rouge] vers l’hôpital Barzilaï à Ashkalon.

 

Les positions du Hamas et des autres organisations terroristes à Gaza ont été évacuées dans la crainte d’une probable riposte israélienne.

 

Hier (vendredi) à 21h également, les terroristes [des individus armés tirant intentionnellement sur des civils] de l’enclave palestinienne avaient déjà tiré une roquette sur le territoire israélien, laquelle avait été interceptée par le Dôme de Fer.

 

En représailles le Khe’l Avir avait détruit quelques heures plus tard deux infrastructures souterraines du Hamas, l’émulation palestinienne des Frères Musulmans égyptiens.

 

Cette réplique était "limitée", le gouvernement israélien dirigé par M. Binyamin Netanyahu tentant d’éviter un nouveau round de violence en période électorale en Israël.

 

A la Ména, l’on s’attend également à une action de Tsahal du même genre ce soir et pour les mêmes raisons. Si d’autres Katiouchas devaient être tirées par les terroristes, les frappes de l’Armée israélienne iraient évidemment s’intensifiant.

 

Jean Tsadik, le spécialiste en armements de la Ména, après avoir procédé à l’analyse des événements d’hier et d’aujourd’hui, pense avoir décelé une nouvelle amélioration importante dans l’efficacité du Dôme de Fer.

 

Sans entrer dans les détails de cette analyse, on notera que la limite municipale occidentale de la ville de Sdérot [22 000 hab.] se situe à moins d’un kilomètre et demi de la frontière de Gaza à proximité de la ville de Bet Khanoun.

 

Dans un laps de temps de 4 à 7 secondes, le système du Dôme de Fer doit identifier le départ du tir, calculer sa trajectoire, et lancer un missile intercepteur qui doit exploser à quelques centimètres de la roquette des terroristes afin de la détruire en vol.

 

Compte tenu du fait que le vol du missile intercepteur dure lui aussi quelques secondes, le temps d’acquisition-calcul de trajectoire-décision-tir doit être pratiquement instantané.

 

C’est dans ce domaine que les ingénieurs israéliens auraient encore fait des progrès. A noter que les mises au point et les améliorations apportées au Dôme de Fer ainsi qu’aux autre systèmes d’interception et d’interdiction aérienne font partie d’un processus permanent.

 

A noter également que les organisations terroristes de Gaza fabriquent désormais une roquette plus puissante suivant des plans iraniens. Ce projectile est capable d’emporter une charge pouvant aller jusqu’à 70-80kg contre 15 à 45kg précédemment. Face à ce développement du potentiel destructif de l’ennemi, l’on comprend l’importance critique d’augmenter encore l’efficacité des systèmes intercepteurs.

 

Ces dernières semaines le Hamas, les groupes dissidents du Hamas et les autres milices terroristes de Gaza ont intensifié, durci et varié leurs tentatives d’attaques contre l’Etat hébreu. A deux reprises, récemment, la milice islamique a tenté d’infiltrer des hommes lourdement armés en Israël. Les cinq participants à ces tentatives avaient été abattus.

 

Hier, les émeutes hebdomadaires bien que peu suivies (+- 5 000 participants) étaient plus violentes qu’à l’accoutumée. Le Hamas a envoyé des miliciens utilisant la foule comme boucliers humains s’attaquer à la barrière de sécurité. Les soldats ont dû faire usage de leurs armes et une quinzaine d’émeutiers (source Ména) ont été blessés, presque tous dans les membres inférieurs (65 selon les organisations terroristes).

 

D’autre part, les lancers de cerfs-volants et de ballons incendiaires n’ont pas cessé.

 

Cette augmentation des activités hostiles s’expliquent par la demande de l’Iran faite au Hamas d’augmenter la pression contre Israël dans le cadre des tensions opposant Téhéran aux Etats-Unis et à leurs alliés.

 

De plus, l’opposition gronde dans la bande côtière malgré la répression sanglante des miliciens du Hamas. Le mécontentement s’exprime particulièrement sur les réseaux sociaux, la population accusant les chefs terroristes de corruption permanente et leur reprochant de vivre dans l’opulence au prétexte de la confrontation avec Israël. Ce, alors que la situation économique de la population, dont 75% est inactive et dépend de l’aide internationale, se détériore. Les transferts d’argent qataris ne couvrent qu’une petite partie des besoins et ceux provenant de l’Iran sont exclusivement utilisés à des fins militaires.