Tirs perdus dans le Golan, riposte dévastatrice de Tsahal (info # 010207/17) Version imprimable
samedi, 01 juillet 2017

 

© Metula News Agency

 

3h 20 à Métula, 2h 20 à Paris

 

Ce samedi, six projectiles en provenance de Syrie ont encore explosé en territoire israélien à proximité de la frontière internationale. L’un d’eux a atterri à l’extrémité d’un terrain appartenant au kibboutz Mérom Golan, situé au pied du cratère volcanique du mont Bental et face à la ville syrienne abandonnée de Kuneitra. Il a causé des dégâts superficiels.

 

Quatre des projectiles mentionnés sont tombés en Israël durant la soirée. Toutes ces explosions sont dues à des tirs perdus occasionnés par les combats extrêmement violents qui opposent rebelles et forces gouvernementales dans le Golan syrien, à proximité immédiate de l’Etat hébreu. Durant l’après-midi, le bruit des échanges de l’artillerie lourde des deux camps était parfaitement audible à la rédaction de la Ména, à plus de 25km du théâtre des opérations.

 

Le porte-parole de Tsahal, le général Ronen Manelis, a adressé une sérieuse mise en garde au régime de Damas, suite aux premiers tirs de roquettes de la journée de samedi. Le général a déclaré qu’ "Israël considère que le régime syrien est responsable de chaque violation de ses frontières et réagira de manière appropriée", ajoutant que son pays maintenait sa politique de non implication dans la Guerre Civile en Syrie, mais que l’Etat hébreu ne tolèrerait aucune violation de sa souveraineté.

 

Plus tard dans la soirée, Tsahal a réagi militairement en oblitérant une batterie d’artillerie gouvernementale. De source syrienne, au cœur des affrontements et en exclusivité, la Ména a appris qu’au moins un milicien chiite libanais du Hezbollah avait été tué dans la réplique de Tsahal et plusieurs autres blessés.

 

Les miliciens hezbollanis participent à la Guerre Civile Syrienne au nombre de 7 000, aux côtés des forces alaouites du dictateur Bashar al Assad et de 7 000 soldats de l’Armée iranienne.

 

Hier déjà, également à la suite d’ "obus perdus" ayant explosé en Israël, Tsahal était intervenu contre des positions de l’Armée gouvernementale.