Tsahal attaque des dizaines de cibles en Syrie (012011/19) Version imprimable
mercredi, 20 novembre 2019

 

newmena.jpg


© Metula News Agency

 

Métula, mercredi, 8h10, 7h10 à Paris

 

A partir d’1h20 cette nuit et durant une heure et demie, le Khe’l Avir, l’Armée de l’Air israélienne, a visé et détruit des douzaines d’objectifs en Syrie, la moitié d’entre eux environ appartenant à la Force Quds [ara. : Jérusalem] de l’Armée iranienne, l’autre moitié étant constituée de positions de l’Armée gouvernementale syrienne.

 

Tous les objectifs visés ont été atteints et détruits avec une extrême précision. Certains d’entre eux, notamment sur l’aéroport international de Damas, n’ont été que partiellement démolis afin de réduire les dégâts collatéraux et de ne pas attenter aux intérêts russes.

 

[Regarder deux vidéos saisissantes des raids israéliens de cette nuit filmées par des habitants : https://videos.files.wordpress.com/H1dPcsjX/kx64-x9rml31lqy2_hd.mp4] et https://youtu.be/pjZfx_I2Oos

 

Cette opération, l’une des plus importantes depuis le début de la Guerre Civile Syrienne, constitue la riposte israélienne au tir de quatre roquettes par l’Armée iranienne hier en direction de l’Etat hébreu. Toutes les roquettes avaient été abattues, mais Jérusalem tenait à indiquer aux Perses, aux Syriens et à tous les partis présents dans la région que le territoire israélien était sacré et que nous ne laisserons pas s’instaurer une routine de tentatives d’agressions contre icelui, même si ces dernières échouent.

 

raid20nov.jpg

Zones où l’Armée iranienne a été frappée cette nuit

Service cartographique © Metula News Agency

Source-base : Tsahal

 

La riposte massive de cette nuit participe de la réponse d’Israël à la tentative des ayatollahs d’imposer une nouvelle relation de force, selon laquelle toute opération de Tsahal serait suivie d’une réplique contre l’Etat hébreu.

 

Des responsables militaires et politiques iraniens avaient évoqué cette nouvelle disposition tactique à la suite du tir des roquettes mardi.

 

De son côté, notre expert militaire Jean Tsadik avertit qu’en cas de représailles de l’Armée iranienne, Tsahal n’hésitera pas à frapper sévèrement le territoire iranien. Notre camarade précise par ailleurs que, suite à l’inaction des Etats-Unis et de l’Europe face à la reprise du programme nucléaire iranien, Israël étudie l’éventualité d’une opération d’envergure destinée à anéantir l’infrastructure nucléaire de la théocratie chiite. En cas de risque avéré d’une progression de l’ennemi dans le processus de fabrication d’une bombe atomique, Jérusalem interviendra pour l’empêcher de parvenir à son terme.

 

Il n’existe actuellement aucun moyen antiaérien capable d’empêcher ou même de gêner Israël et la technologie dont elle dispose de frapper les objectifs de son choix, quel que soit l’endroit où ils sont situés.

 

Cette nuit, les appareils à l’étoile de David, opérant entre autres depuis le Golan et le territoire libanais, ont épargné les sites de lancement des missiles antiaériens S-300 pour la raison qu’ils sont servis par des troupes russes. Les pilotes hébreux ont toutefois signifié à Moscou par des signes électroniques sans équivoques, qu’en cas de recours à ces armes elles seraient détruites sans état d’âme.

 

Dans le même registre, le porte-parole de Tsahal a fait savoir que l’Armée de Bashar al Assad a tiré un missile sol-air en direction de nos appareils malgré des avertissements envoyés aux Syriens de ne pas recourir à des tirs contre nos avions.

 

En conséquences de cet unique tir, le Khe’l Avir a détruit un grand nombre de batteries de la Défense antiaérienne de l’Armée gouvernementale. Selon Jean Tsadik, les annonces de Damas selon lesquelles sa DCA aurait intercepté des objets volants israéliens sont "délirantes" ; et les media qui prennent ces délires pour argent comptant et les répercutent "se décrédibilisent" et surtout, ils démontrent "que les termes de l’affrontement et la connaissance de moyens à disposition des belligérants les dépassent totalement. Ces media ignorent les conditions dans lesquels ces affrontements se déroulent", précise notre camarade.

 

feuraid20nov.jpg

Un objectif ennemi en flammes

Les ombres des habitations au premier plan donnent l’échelle du brasier

 

Parmi les dizaines d’objectifs oblitérés, le porte-parole de Tsahal mentionne, outre les batteries de missiles sol-air, des postes de commandement, des bases militaires et des dépôts d’armes et de munitions appartenant à l’Armée iranienne et à celle de Bashar al Assad.

 

Ce matin, des sources officielles et officieuses syriennes font état de "quatre à cinq brasiers gigantesques encore en train de brûler".

 

Selon le chef de la Ména libanaise, Michaël Béhé, qui a été en contact téléphonique avec des médecins travaillant dans les hôpitaux syriens, les morts et les blessés, uniquement militaires ou liés à l’activité militaires et se trouvant sur des sites militaires, "se comptent par dizaines, probablement par centaines".

 

A Métula nous pensons que les ayatollahs s’abstiendront de toute velléité de riposte aux opérations de cette nuit, car de telles réactions seraient suicidaires. Tsahal a toutefois demandé au public de se plier aux injonctions de la Défense passive "qui seront mises à jour en vertu des développements de la situation".

 

L’Armée a également déclaré qu’elle "se préparait à une variété de scénarios et qu’elle poursuivrait ses opérations aussi longtemps que cela sera nécessaire pour sauvegarder la sécurité des civils israéliens".

 

Le porte-parole de Tsahal a averti une nouvelle fois le régime syrien "de ce qu’il est tenu responsable des actions se déroulant sur son territoire", et l’a mis en garde contre l’éventualité "de mener des hostilités contre Israël ou de les autoriser. De tels actes", a précisé le porte-parole, "seraient suivis de sévères répliques".

 

Tsahal a répété qu’il entendait continuer d’agir avec détermination et fermeté contre "l’enracinement iranien en Syrie".

 

Des analyses et des détails sur les objectifs détruits cette nuit suivront dans les heures et/ou les jours à venir. Les journalistes de la Ména restent mobilisés afin de vous informer correctement.