Un aéroport syrien attaqué à 20km au sud-ouest de Homs (012405/18) Version imprimable
jeudi, 24 mai 2018

 

© Metula News Agency

 

Jeudi 23h20 à Metula, 22h20 à Paris   

 

Plus tôt ce jeudi soir, l’aéroport d’al Dabaa a été la cible d’une violente attaque aérienne [carte]. Cet aéroport abritait un contingent important de plusieurs centaines de Gardiens de la Révolution khomeyniste et de miliciens chiites du Hezbollah libanais.

 

al_dabaa_apt_3.jpg

 

Le chef de la Ména libanaise, Michaël Béhé, est parvenu à s’entretenir téléphoniquement avec deux témoins oculaires. Ceux-ci rapportent des explosions "monstrueuses".

 

al_dabaa_apt.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Base : Google Map Pro

 

Les organes de propagande officiels du régime syrien ont reconnu qu’ "un de nos aéroports militaires a subi une attaque au missile et notre défense aérienne s’y est opposée et l’a empêchée d’atteindre ses objectifs".

 

A regarder la photo que nous reproduisons d’un site d’information arabe, non sans l’avoir préalablement authentifiée, nous nous demandons ce qui se serait passé si ce raid avait "atteint ses objectifs".

 

De nombreux media et agences, notamment israéliens, ont mal identifié l’objectif qui a été pris pour cible et ont diffusé des photos d’opérations militaires antérieures.

 

L’aéroport d’al Dabaa se situe au sud-ouest de Homs, juste sous (au sud du) le lac Qattinah. Il dispose d’une piste de 3km orientée Est-Ouest (100º-280º, 10-28 en aéronautique).

 

Les premières estimations locales font état de 34 morts et de dizaines de blessés. Michaël Béhé est convaincu que ces chiffres sont très nettement sous évalués.

 

al_dabaa_apt_2.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

Base : Google Map Pro

 

L’intensité des explosions indique que des munitions qui étaient stockées dans le périmètre de l’aéroport ont sauté. La garnison irano-hezbollah sur place avait reçu de grandes quantités d’armes ces derniers jours en remplacement de celles détruites récemment probablement par le Khe’l Avir (l’Aviation israélienne).

 

A Métula, on ignore pour le moment si l’attaque a été conduite par des missiles ou par des chasseurs-bombardiers – possiblement des avions furtifs F-35 – larguant des bombes "intelligentes".

 

Plus tôt ce jeudi, nous avons appris qu’une autre base iranienne proche d’Abou Kamal, sur l’Euphrate, à l’extrémité orientale de la Syrie, à proximité de la frontière irakienne, avait également été bombardée par les airs.

 

Le régime de Damas met en cause un raid de la Coalition américaine, mais Washington a démenti toute implication dans cette opération et les militaires américains ne mentent jamais sur ces sujets.

 

Nous ignorons qui est responsable du bombardement d’Abou Kamal, mais nous savons qu’il a provoqué la mort de dizaines de Pasdaran iraniens et de leurs supplétifs chiites. L’objectif visé se situe sur l’itinéraire de l’ "Autoroute iranienne".

 

D’autre part, l’alerte à la pollution de l’eau potable à Métula se poursuit. La nature et l’origine de l’empoisonnement de l’eau n’ont pas encore été révélées par les autorités et les habitants sont contraints de consommer de l’eau minérale.