Un drone en provenance de Syrie abattu par un missile sur le lac de Tibériade (011107/18) Version imprimable
mercredi, 11 juillet 2018

 

© Metula News Agency

 

18h05 à Métula mercredi, 17h05 à Paris

 

Juste avant 16h, heure locale, les sirènes d’alerte ont retenti dans les localités figurant en rouge sur la carte.

 

Un drone en provenance de Syrie avait franchi la frontière et parcouru une dizaine de kilomètres en territoire israélien avant d’être abattu par un missile Patriot de fabrication américaine [voir la vidéo de l’interception].

 

Des débris du drone ont été retrouvés dans le kibboutz Haon [carte].

 

patriotlaunch_11_jul_3.jpg

Service cartographique © Metula News Agency

 

La Police a prié les plaisanciers voguant sur le lac de Tibériade de rejoindre le rivage à cause d' "opérations de sécurité" se déroulant sur le plan d’eau. Les bateaux et les hélicoptères des forces de sécurité patrouillent sur le lac à la recherche d’autres débris et d’éventuels objets dangereux.

 

Là où les sirènes avaient retenti, les habitants ont pu reprendre le cours de leurs activités normales quelques minutes après l’interception du drone.

 

On ne signale pour le moment ni dégâts ni victimes.

 

patriotlaunch_11_jul.jpg

La traînée du Patriot par-dessus des maisons du nord d’Israël

 

Nous rappelons à nos lecteurs qu’il y a deux semaines de cela, nous avions rapporté qu’un drone avait déjà été visé au-dessus du territoire syrien. Il n’avait pas été atteint mais avait rebroussé chemin.

 

A la Ména, nous avions soupçonné qu’il s’agissait d’un drone russe, manqué intentionnellement par le Patriot, qui tentait d’observer les concentrations de forces israéliennes face aux troupes russes et à celles de l’Armée gouvernementale syrienne, qui combattent le Front du Sud dans la région limitrophe de Deraa.

 

Hier mardi, le ministre de la Défense Avigdor Lieberman, en visite sur le Golan, avait déclaré qu’Israël ne tolérerait pas la présence ne serait-ce que d’un seul soldat syrien dans la zone tampon de la frontière israélo-syrienne, et qu’elle tiendra le régime d’Assad responsable pour la découverte de toute infrastructure terroriste dans la partie syrienne des hauteurs du Golan.

 

La zone tampon à laquelle M. Lieberman a fait allusion est celle figurant sur la carte entre la ligne alpha (bleu roi) et la ligne bravo (orange). Elle est large de 500m à 10km et est censée être démilitarisée selon les provisions de l’Accord de Désengagement signé par Israël et la Syrie à Genève en 1974.

 

Nous rappelons également que selon des sources étrangères concordantes, le Khe’l Avir [l’Aviation israélienne] aurait frappé dimanche l’aéroport syrien T4, à 60km de Palmyre, sur lequel est déployé une partie du corps expéditionnaire de la République Islamique d’Iran. D’après des témoins oculaires, les raids de dimanche auraient fait de nombreux morts et blessés dans les rangs des Gardiens de la Révolution khomeyniste, de la milice libanaise chiite du Hezbollah et de l’Armée gouvernementale syrienne.

 

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu se trouve à Moscou où il rencontre aujourd’hui M. Vladimir Poutine. Les discussions sont centrées sur la situation militaire dans le Golan et l’exigence israélienne de voir le contingent iranien quitter la Syrie sans délai.