Un site de production de missiles attaqué en plein jour en Syrie (012307/18) Version imprimable
dimanche, 22 juillet 2018

 

© Metula News Agency

 

Métula 2h20, 1h20 à Paris

 

Aux alentours de 19h30 dimanche, plusieurs media arabes de la région ont annoncé le bombardement aérien d’une base de l’Armée syrienne à Maysaf. L’attaque a eu lieu en plein jour, ce qui est relativement rare s’il s’agit d’une opération israélienne.

 

Un peu plus tard, l’agence gouvernementale syrienne SANA a confirmé l’information, déclarant : "Une source militaire a déclaré à Sana que l’aviation israélienne avait attaqué l’une de nos positions militaires à Missiaf [également Maysaf. Ndlr.], ce qui avait (sic) causé des dégâts matériels".

 

La rédaction de la Ména, jugeant que l’évènement ne recélait pas un caractère d’urgence extrême, décida de vérifier l’information, de l’affiner, de l’illustrer et de la détailler.

 

deir_mama_pic1.jpg

L’objectif, plusieurs heures après le raid

 

A l’occasion de cet effort, les journalistes et analystes de l’agence, en Israël et au Liban, sont parvenus à dégager une image plus précise de ce qui s’est passé : un centre de l’Armée gouvernementale syrienne, comprenant un pôle de recherche et de développement d’armement ainsi qu’une usine de production et de stockage de missiles sol-sol et de produits chimiques censés en équiper certains a été visé et fortement endommagé par 7 missiles air-sol, tirés vraisemblablement à partir du Liban.

 

Ce centre est nommé par le régime d’al Assad "Mamil al Difa", ce qui signifie en arabe "les usines de la défense". Nos spécialistes sont parvenus à le localiser précisément et à l’identifier sur la carte satellitaire Google Earth Pro : il ne se trouve pas exactement à Maysaf, mais à 10km au nord de cette ville, sur le territoire du village de Deir Mama [voir la carte]. Il se situe également à 45km au sud-est de la base aérienne russe de Lattaquié, 34km à l’ouest de Hama, 175km au nord de Damas et à 215km de Métula, où se trouve, outre notre rédaction, la frontière israélienne la plus proche de l’objectif.

 

deir_mama.jpg

Dans le cercle rouge et noir, la localisation correcte de l’objectif attaqué à Deir Mama

Service cartographique © Metula News Agency

Localisation exclusive

Base : carte satellitaire Google Earth Pro

 

La cible de ce dimanche a déjà fait l’objet d’une attaque attribuée à Israël en septembre 2017.

 

La technologie utilisée pour la fabrication des missiles et des produits chimiques est iranienne et nord-coréenne. Cela explique la présence sur les lieux, en plus des militaires du régime, de miliciens du Hezbollah et de Gardiens de la Révolution Iranienne, les Pasdaran.

 

deir_mama_rd_center__factory.jpg

Le centre de recherche et l’usine visés cette après-midi

Le rond rouge entouré de jaune indique l’emplacement d’où la photo qui suit a été prise

Service cartographique © Metula News Agency

Localisation exclusive

Base : carte satellitaire Google Earth Pro

 

Michaël Béhé, le chef de la Ména libanaise, n’a pas été en mesure de communiquer au téléphone avec des témoins oculaires du raid, la couverture des réseaux mobiles ayant été coupée immédiatement après l’attaque. En revanche, de nombreux media syriens non-gouvernementaux font état de dizaines de morts parmi le personnel de la base. Quant aux dégâts matériels, ils sont très importants, au point que même SANA reconnaît que le raid a causé des dommages.

 

Pour al Mayadeen [ara. : les places], l’un des organes de propagande-information du Hezbollah au Liban, de même que pour l’AFP, l’objectif fait partie du Centre de Recherches et d'Etudes Scientifiques de Syrie (SSRC).

 

Pour les services de renseignement des grandes puissances, il participe, parmi ses nombreuses activités, à l’élaboration du gaz sarin.

 

Le porte-parole de Tsahal, comme à son habitude, s’est refusé à confirmer ou à infirmer la factualité de l’information.

 

Il est probable que les missiles aient été effectivement tirés à partir de l’espace aérien libanais, l’Agence Nationale d’Information (ANI) du Liban ayant rapporté le survol à basse altitude des régions du Chouf, du Liban-Sud, et de Kesrouane par des appareils israéliens, à une heure correspondant à l’attaque sur Deir Mama.

 

Les tirs de missiles à partir du Liban constituent une hypothèse raisonnable, la proximité d’un objectif tel celui détruit cette après-midi ne nécessitant pas de pénétrer dans le ciel syrien, dans lequel des systèmes antiaériens sont déployés.  

 

Il est d’autre part possible que l’un des missiles ait connu des problèmes de mise à feu, des débris non identifiés étant tombés sur le sol libanais. Ils ont été recueillis pour être examinés par l’Armée de ce pays.

 

deir_mama_pic2.jpg

Vue panoramique des "Mamil al Difa" de Deir Mama

(source inconnue)

 

Selon l’AFP, qui tire ses informations en cas d’attaques d’objectifs en Syrie auprès de Monsieur Rami Abdel Rahmane, l’animateur de l’Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume Uni, "Le site visé dimanche est un atelier supervisé par les Iraniens (…)". Sur la base des photos que nous vous proposons, les lecteurs pourront se faire une idée de ce que l’agence officielle de l’Etat français nomme un… atelier, de même que du niveau de professionnalisme de cette agence.

 

D’autre part, et sans le moindre lien avec l’attaque du site de Deir Mama, ce soir à Chemnitz, en Allemagne, l’équipe israélienne de basket des moins de 20 ans est devenue championne d’Europe en dominant son homologue croate en finale sur la marque de 80 à 66. C’est la première fois de son histoire qu’Israël est championne d’Europe des U20.