Vastes raids de Tsahal la nuit dernière en Syrie (010701/21) Version imprimable
jeudi, 07 janvier 2021

 

Métula, jeudi matin

 

Michaël Béhé, Stéphane Juffa et Jules Mazouz ont collaboré à cette dépêche

 

La nuit dernière, à partir de 23h05 locales, l’Armée israélienne a procédé à de nombreuses attaques au missile visant des objectifs en Syrie. Ces objectifs étaient compris dans un rectangle de 125km de long sur l’axe Nord-Sud, et 103 de large, en Est-Ouest.

 

Des dizaines de missiles ont été tirés, la plupart à partir du sol, de la région du Golan israélien, alors que certains sites étaient pris en charge par le Khe’l Avir, l’Armée de l’air israélienne.

 

 

raid_6_jan_21.jpg

 

Carte des raids israéliens en Syrie du 6 janvier 2021

Service cartographique © Metula News Agency

 

 

Tous les missiles ont atteint leur but, aucun d’entre eux n’a été touché par la DCA (Défense Contre Avions) ennemie, en dépit de communiqués mensongers diffusés par les media du régime alaouite d’al Assad, et repris par de nombreux media occidentaux, y compris en Israël.

 

La confusion à ce propos est entretenue par le fait que Tsahal n’émet généralement aucun communiqué suite à ce genre d’opérations.

 

Des dizaines de missiles anti-missiles ont été tirés en vain par l’Armée gouvernementale syrienne, principalement à partir de la colline du Jebel al Mania, dont les batteries sont censées défendre Damas contre des incursions aériennes par le Sud ainsi que toutes les positions gouvernementales, iraniennes, hezbollanies et celles opérées par les milices chiites supplétives entre la capitale syrienne et la frontière israélienne.

 

Le Jebel al Mania se situe à 8km au sud de Damas, 41km à l’est de la frontière israélienne et à 70km de la rédaction de Métula [carte][la position figurée d’al Mania sur notre carte est imprécise en raison du manque de place disponible].

 

Sur le Jebel ce sont les radars et les batteries de la 91ème division gouvernementale qui ont été visés et détruits. On compte des dizaines de morts et de blessés parmi les servants de ces matériels.

 

Ces installations devaient entre autres protéger la multitude de dépôts d’armes, de postes d’observation et de radars déployés dans la zone d’al Kisweh, à 7km à l’ouest d’al Mania, très souvent prise pour cible par Tsahal [carte]. Le village d’al Kisweh se situe à 5km au sud-ouest de Damas, 35km à l’est de la frontière israélienne (ligne Alpha), et à 60km à l’est de notre rédaction.

 

Ce sont pour la plupart des positions des Gardiens de la Révolution khomeyniste iraniens, étoffés par des miliciens supplétifs d’autres nationalités, ainsi que des miliciens du Hezbollah libanais. C’est également dans cette région qu’est installé le quartier général de la 1ère division de l’Armée d’al Assad.

 

Tous les objectifs visés ont été détruits. Michaël Béhé a dénombré 17 morts et 28 blessés autour d’al Kisweh, dont l’officier de l’Armée gouvernementale Hussein Hamm. Ladite armée ne communique pas sur les pertes iraniennes et celles des autres combattants étrangers.

 

De nombreuses autres places fortes de l’ennemi ont été frappées et anéanties par des missiles sol-sol entre al Kisweh et la frontière israélienne.

 

Les blessés ont été évacués vers l’hôpital privé al Salam [ara. : la paix] dans le périmètre de Damas. Plusieurs se trouvent dans un état critique.

 

L’autre objectif principal des raids de la nuit dernière se trouve plus au sud de la Syrie, à 45km en moyenne au nord de la frontière jordanienne. Il s’agit aussi d’une colline, as Swayda [carte], accueillant de nombreux radars et postes d’observation de la frontière israélienne à 78km plus à l’Ouest.

 

Le sommet de la colline d’as Swayda se situe à 80km au sud de Damas et à 125km au sud-est de la rédaction de la Ména.

 

Dans la plaine s’étalant au bas de la colline, sur 40km vers l’Ouest, sont dispersées des batteries de missiles sol-air opérées par la Brigade des Radars de l’Armée gouvernementale. Notamment autour du village d’al Dur.

 

dur.jpg

L’explosion de la position d’al Dur la nuit dernière

 

De multiples unités de Pasdaran (Gardiens de la Révolution Iranienne), du Hezbollah et des supplétifs chiites, dont une unité afghane, occupent ces positions et tentent d’en faire un bastion militaire face au sud du Golan israélien.

 

Les pertes sur cette zone sont également conséquentes. Des sources hospitalières jointes par Michaël Béhé faisaient état cette nuit d’une trentaine de tués.

 

Les destructions sont tout à fait considérables. Des amis de la Ména dans cette région que nous avons joints tôt ce matin nous ont narré des grosses explosions survenant au cœur des nids de missiles.

 

Parmi les pertes gouvernementales il y a l’officier Abdul Karim Shakhbaïr, qui était bien connu dans cette contrée.

 

D’autre part des positions du Hezbollah ont été attaquées par le Khe’l Avir et détruites à al Dimas [carte], à 11km au nord-ouest du palais présidentiel de Bashar al Assad à Damas, 4km de la frontière libanaise à l’ouest, et à 60km au nord de Métula, le territoire israélien le plus proche.

 

L’attaque massive de la nuit dernière, qui a causé la mort d’au moins 80 militaires et miliciens ennemis et en a blessé environ 120 autres, intervient 48 heures exactement après une visite de toutes les régions visées par des officiers d’état-major des Gardiens de la Révolution iraniens. Pratiquement tous les sites qu’ils avaient visités durant trois jours ont cessé d’exister.

 

Ils avaient également visité des aéroports et des héliports, neufs ou restaurés, qui n’ont pas été attaqués la nuit dernière.

 

On apprend d’autre part que des bombardiers stratégiques américains B-52 ont survolé Israël ce matin, pour la troisième fois en quelques jours. C’était une façon pour l’Armée américaine d’indiquer à Téhéran qu’elle est au courant des opérations de cette nuit, qu’elle les approuve et qu’elle est prête à en découdre avec les ayatollahs au cas où ceux-ci décideraient de franchir un échelon supplémentaire dans leur confrontation avec Jérusalem et les autres alliés de Washington au Moyen-Orient.

 

La tension reste très importante dans cette région de la Planète, en témoigne également le déploiement de batteries antimissiles – Dôme de Fer, Fronde de David – dans la région d’Eilat. Ce, afin de parer à une éventuelle agression en provenance des alliés Houthis de Téhéran au Yémen.

 

Ce jeudi et pour le moment, la situation est calme dans le Doigt de la Galilée, sur le Golan et sur l’ensemble du territoire israélien.